• Buzz chaud du moment
  • Buzz chaud du moment
Actualités

Plan de sobriété : emboîtant le pas gouvernemental, Iliad publie, à son tour, ses actions ou mesures énergétiques ! (Dr. JiWattgo…)

Alors que les “réjouissances” se profilent en perspective pour l’Automne voire l’Hiver 2022, après le Gouvernement (qui sera évoqué plus en bas), ce fut au tour d’Iliad d’évoquer les mesures qu’il allait prendre, dans le cadre du plan de sobriété énergétique.

 

 

Condensé de ces mesures, par axe ou cible stratégique :

 

  • Connectivité-réseau : une partie des bandes de fréquences feront l’objet “d’extinction” pendant la nuit. Une mesure déjà amorcée en Septembre 2021 avec la bande des 2,6 GHz et qui s’étendra avec la mise à l’arrêt des bandes 2,1 GHz (3G + 4 G) et de la bande à 3,5 GHz (5G). Il est noté que, “si le trafic le requiert”, les fréquences seront à nouveau actives, est-il promis. Du reste, cette extinction, en toute logique, permet d’économiser de l’électricité (+10 % et au minimum) sans “impacter les usages et la qualité du service” est-il, là aussi, assuré. Du reste et si l’on poursuit la logique, service qualitatif maintenu ou non, il serait intéressant, en proportion des bandes-fréquence ainsi coupées, de prévoir une réduction des abonnements mensuels découlant de ces extinctions, du fait que la mise à disposition d’une partie du réseau n’est plus assuré ou garanti par le contrat ;
  • Fibre optique : là aussi, des promesses du groupe qui indique poursuivre ses efforts en matière de couverture du réseau en fibre (contre le cuivre), selon les zones compatibles. Pas d’autres mot à ce sujet ;

 

  • Data-centers (centres de données) : un objectif maximal de 7,05 MWatts est affirmé par Iliad pour l’Hiver 2022 et pour la plage horaire allant de 1 heure du matin jusqu’à 24 heures (minuit) “à chaque fois que nécessaire” ;
  • Bâtiments industriels et commerciaux du groupe (en France, la problématique écologique étant mondiale : quid des franchises ou autres pays) : les éclairages (pensons à La Défense…) de nuit ou en dehors des horaires d’ouverture seront optimisés ; idem pour le parc informatique ainsi que la température (qui sera abaissée de deux degrés : un pre-point gouvernemental – cf. en seconde partie – ici, peut être souligné, puisque le Gouvernement préconise 18-19 degrés Celsius maximum en chauffage… pour les métiers bureautiques, exploitant le clavier, il faudra voir comment les mains et les phalanges apprécieront cette baisse de température, surtout avec des bâtiments d’entreprise en pierre ou en béton ; 20 degrés aurait été plus raisonnable : 18 degrés étant la température conseillée, en moyenne… pour dormir) pour, en tout, 180 boutiques et bureaux Free ;

 

  • Employés et abonnés (Iliad, Free) : pour les salariés du groupe, des formations “sur les enjeux climatiques et de sobriété” seront proposées dès Octobre 2022. Quant aux abonnés, depuis l’application Freebox Connect, une extinction du Wi-fi sera actionnable, en plus d’un menu ou mode “économie d’énergie sur certaines Freebox” ;
  • EcoWatt (RTE + ADEME) : suite aux annonces multiples du Gouvernement français du 6 Octobre 2022, un nouveau site (Internet) est accessible (déjà en ligne !) pour observer la consommation de l’électricité en France, en temps réel. Il s’agit d’indicateurs (pas de données personnelles exploitées, à priori, notamment depuis certains compteurs… ?) dont l’assiette repose sur la consommation électrique des français plus certaines données comme la température ou la consommation théorique (à venir) d’électricité sur le territoire. Il s’agit d’un site informatif qui permet, par département et par degrés (trois : vert, orange, rouge ; rouge étant un manque critique d’électricité par rapport aux besoins en électricité sur la zone ou le pays) d’ajuster, par personne physique ou personne morale (puisqu’une entreprise génère bien plus qu’un foyer lambda, même une grande famille : des mesures sont également prévues pour les entreprises ; Iliad communiquant, pour sa part, sur les actions qu’il fournira), certaines actions ou mesures, au quotidien qui doivent être adaptées (avec ou sans ce site), selon l’emploi du temps de chacun (horaire de jour, horaire de nuit, les deux) et les capacités à pouvoir optimiser l’usage du réseau électrique, à la maison, en tele-travail ou au travail. Le site tentera de guider ou de rappeler aux personnes (il aurait fallut une cartographie pour les entreprises, par ailleurs) à quelle hauteur il faudra tenter de faire des efforts.

 

 

Concernant le Gouvernement, celui-ci présentait à la France son plan de sobriété pour l’Hiver 2022 ; ultra-condensé (sélection) des axes principaux pour la période de fin d’année 2022 voire au-delà :

 

XxX Survol énergétique du plan de sobriété XxX

 

  • Le récap’ pour les plus pressés (par le Gouvernement) : au maximum, mettre le chauffage à 19 degrés (pas d’évocation de conditions particulières : maladie, froid hivernale extrême…), régler le chauffe-eau à 55 degrés C et limiter le passage à la douche (quand cela est déjà limité, que faire : ne pas se doucher ?). Il est conseillé, à juste titre, de faire un tour des appareils inutilisés ou inutilement en veille (cela compte et tout le monde peut le faire). Plus difficile mais pas impossible (en partie, au mieux : cas du chauffe-biberon par exemple ou encore de certains imprévus comme faire un repas ou laver en catastrophe un linge), le décalage des utilisations d’appareils électriques en dehors des plages-horaires 8-13 heures et 18-20 heures (!). Enfin, pour les adeptes de l’IoTs et de la télémétrie en continue, il est préconisé l’installation d’un thermostat programmable (connecté, faut-il précisé) ;

 

  • 2024 : feuille de route ou objectifs-clé qui ont été retenus : parmi les points ci-dessus, il est à noter une dépréciation souhaitée pour les terrasses chauffées. Il faudra voir si ce point concernera les pergolas climatiques et assimilées : produit moyen-haut de gamme, il s’agit d’un système ingénieux permettant de combiner, suivant les options, la chaleur solaire ou par infra-rouge, même en hiver. D’autres systèmes peuvent très bien être envisagé mais encore faut-il permettre, pour des secteurs comme la restauration et les bars (en passant par le particulier), de démocratiser de telles solutions coûteuses mais prometteuses, plutôt que d’interdire l’idée globale ;

 

  • EcoWatt : évoqué un peu plus haut, il s’agit d’un panorama, sur le territoire français, de la consommation électrique globale. Répartie par départements ou régionalité, cette météo de l’électricité indiquera, via trois grands indicateurs, à quelle hauteur la situation impliquera des efforts mineurs ou prépondérants de la part des personnes physiques ET morales (particuliers et professionnels). Sous la houlette du Réseau de Transport d’Electricité (RTE), en partenariat avec l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), ce site, depuis Novembre 2020, est comparé à Bison Futé (qui se base sur des estimations pour éconduire l’engorgement de trafic en inversant la psychologie du conducteur vers un autre flux routier… une donnée non-précise mais plutôt intentionnelle, donc) et fera essentiellement référence au “niveau de tension” électrique. En vert, rien à signaler (normal). Par contre, les indicateurs orange voire rouge devront attirer la vigilance du citoyen (encore une fois : particulier ET professionnel). Le degré rouge impliquera des efforts à produire voire quelques petits sacrifices (surtout pour les entreprises en notant qu’il peut être facile d’éviter d’impacter trop les salariés en priorisant une extinction de grands panneaux en haut d’entreprises ou dans les rues… voire des les allumer par alternance ou roulement, tout simplement, pour faire perdurer la publicité, alors, ou le message enluminé). Des alertes SMS seront programmables depuis une notification (via site Web). Il s’agit, au final, d’un moyen de sensibiliser l’ensemble des citoyens et des entreprises à l’urgence énergétique (ici, électrique : il serait intéressant de faire la même chose avec les entreprises spécialisés dans la petro-chimie, pour l’empreinte carbone…). Ce principe de couleurs peut, enfin, faire échos à des boîtiers fournis dans certaines régions du pays pour mieux visualiser, par jour et dans le foyer, les heures pleines des heures creuses, par couleurs : le principe est juste repris au niveau national et avec un site Web.

 

 

XxX Plan de sobriété Automne-Hiver 2022-2023 par secteur ou entité XxX

 

  • [Guide à venir, en Novembre 2022, pour les “gestionnaires de bâtiments“]Pour les entreprises (industrie, commerce, prestataire) : une quinzaine de mesures dont l’abaissement des températures (19 degrés pour le chauffage contre 26 degrés pour la climatisation) avec 16 degrés à appliquer lorsque le bâtiment n’intègre personne (48 heures ou le week-end) voire 8 degrés (plus de 48 heures). “Au plus tard“, l’éclairage sera à éteindre à 1 heure du matin (heure française), selon la loi (notamment pour les panneaux publicitaires dont l’éclairage sera proscrit jusqu’à 6 heures du matin, heure française) et il est conseillé de faire des “diagnostics de performance” pour identifier là où les économies en électricité peuvent être faites. Des “clauses spécifiques” (contractuelles) peuvent être mises en place lors de partenariats avec d’autres entreprises ou avec certains tiers récurrents à l’entreprise. Il est aussi conseillé d’investir dans des “systèmes de chauffage autonomes” et d’optimiser les systèmes d’isolation. Le tele-travail ne sera pas optionnel et devra être considéré surtout si certains pics de sur-consommation (carte EcoWatt) seront souligné ou indiqué, notamment par message gouvernemental. Les salariés devront être sensibilisés dans la manière d’utiliser les outils numériques (ordinateur, tablette, téléphone… tout ce qui fonctionne sous électricité) et il est indiqué que les déplacement professionnels devront être réfléchis (pas de vol aérien si l’équivalent en train est inférieur à 4 heures en aller simple contre 6 heures pour un aller-retour… ce qui devrait inclure les déplacements de certains Ministres, qui devront, en premier, donner théoriquement l’exemple) ;
  • Pour le conducteur : des gestes “d’éco-conduite” sont rappelés ou évoqués dont la conduite “à vitesse modérée pendant les 5 premiers Kms” pour économiser le carburant. Toujours dans cet objectif d’économie, il est conseillé de rouler à 110 plutôt qu’à 130 Km / heure sur l’autoroute, ce qui permet d’économiser 20 % de carburant, selon les chiffres du Gouvernement. Pour limiter les surcharges inutiles, il est conseillé d’enlever les galeries, les tois, les portes-vélos quand ceux-ci ne sont pas utilisés dans les jours qui suivent (sur-consommation à hauteur de 10-20 %). Déjà évoqué dans le Code de la Route, il est rappelé que rouler avec des pneus sous-gonflés engendre une sur-consommation (+1,2 % ou +2,4 %) de carburant. Enfin, il est rappelé que la climatisation c’est une petite mort pour la couche atmosphérique ou l’ozone (ou ce qu’il en reste) de la planète : ne l’utiliser qu’en cas de nécessité absolue d’autant plus qu’elle engendre une sur-consommation du carburant entre 1-7 % (suivant conditions météorologiques, le véhicule et l’intensité) ;
  • Bâtiments culturels (musées) : jamais facile de pouvoir optimiser le chauffage, entre-autres, avec les peintures ou œuvres (qui ne doivent pas subir trop d’humidité, tout comme la pierre de certains édifices, par exemple, sauf si le style est volontaire), il est confirmé des abaissements, tout de même, des températures dans ce qui peut être appliqué (2 heures par jour de non-chauffage pour la Grande Halle de la Villette). L’investissement en LED permet de diminuer la consommation électrique : un tiers a été confirmé par le musée d’Orsay. Les panneaux lumineux sont encore, malheureusement, légion mais de petits efforts (à parfaire grandement et assez vite…) sont produits, notamment, pour l’Opéra de la Bastille qui projette une économie de 10 % via une extinction d’écrans pendant 1 h 30. Ponctuellement, des micro-actions (flash) sont effectuées : le Louvre éteint toutes les lumières à 23 heures contre 22 heures pour le Château de Versailles ;
  • Particuliers (logements, foyers) : un des points sensibles de ce plan de grande envergure. Beaucoup d’idées et de mesures abordables même si le décalage de la période de chauffe “au milieu de l’Automne” semble assez surréaliste : actuellement et suivant la région, en pic, la journée permet d’avoir 12 degrés (sans évoquer, donc, la température en nuit…). Pour cette année 2022, le froid arrivant lentement mais sûrement, il est difficile d’appliquer les décalages (par 15 jours : début de saison de chauffe + début de la fin de saison de chauffe) en notant que chaque foyer (surtout avec un crédit impulsant, déjà, ces mentalités…) pense déjà en mode économie. Sans chauffage actuellement, une maison standard serait, en journée entre 17-18 degrés (il faut pouvoir bouger dedans, couette exclue !…). Depuis quelques jours, des fournisseurs comme Enedis ont signalés que la période de chauffe du ballon d’eau chaude (suivant certains abonnements et pour les abonnés Linky) serait inactive entre 12 heures et 14 heures (-1-2 GW, en économie) pour limiter le pic de consommation. Aucun surcoût ne sera appliqué et la chauffe du ballon sera reportée “sur les autres heures creuses“. Il est également rappelé que des mousseurs sur les robinets ou “dispositifs hydro-économes” sont à prioriser (15-20 % d’économie). Des aides pour changer de chaudière (jusqu’en Mars ou Juin 2023) seront offerte via MaPrimeRenov’ (1 000 euros) : au mieux et selon le profil fiscal, il sera possible d’avoir une aide allant jusqu’à 15 500 euros (pour les foyers “très modestes“, suivant les critères du Gouvernement) pour une chaudière (au bois, s’il en reste : saturation du marché…) contre 9 000 euros pour une pompe à chaleur (air, eau) ;
  • Transports, entreprises routières (bus, gares, train, avion, bateau…) : prioriser les transports en commun, assurer un service opérationnel des ascenseurs et escaliers mécaniques sont évoqués. Pour la partie fluviale, il est recommandé de limiter l’usage des écluses et des dragues en optimisant leur vitesse (déjà lente…) ou en investissant dans la “motorisation“, en passant par l’optimisation des conteneurs réfrigérés ou reefers (investissement de solutions moins énergivores en électricité). Les avions doivent (encore plus) limiter la consommation du kérosène sur le sol et en vol, en optimisation les procédures. Pour les gares et les stations, il faut remplacer les éclairages traditionnels par des éclairages basse consommation tout en installant des programmateurs pour allumer en alternance le panneau ;
  • Centres culturels et sportifs (stades, gymnases, clubs…) : en ligne de mire, l’éclairage doit être régulé en veillant à allumer à pleine capacité, au maximum, 1 h 30 avant un match de football contre 1 heure pour un match de rugby, en journée. Concernant la soirée ou la nuit, respectivement, l’éclairage pourra avoir lieu, au maximum, 2 heures avant (football) ou 1 heure avant, pour le rugby. A terme, il est espérer des économies d’énergie de 50 % (journée) contre 30 % (soirée, nuit). Sous réserve que “la pratique” et “les conditions liées au territoire le permettent“, les gymnases devront avoir une température abaissée à 2 degrés Celsius (mode hors-gel appliqué en couleur rouge EcoWatt avec accès au gymnase pendant cette période mais sous une température assez basse). Les piscines devront également (via les gestionnaires de piscines en secteur publics ET privés, selon le secteur ou si la prestation s’y prête, bien sûr) avoir une température abaissée à 1 degrés Celsius (4 000 en France : 10 % de la consommation énergétique totale, au maximum et par commune, théoriquement). Les cinémas appliqueront les restrictions de chauffage (19 degrés) et de climatisation (26 degrés) des entreprises : l’éclairage devra être optimisé voire éteint au besoin (idem pour les “machines qui ne servent pas”, en fonction de la fréquentation, par salle ou emplacement, par exemple).

 

 

Parmi ces multiples mesures, le cas du tele-travail était inclus dans diverses primes ou indemnités : pour éviter que le salarié ne soutiennent le poste énergétique dans sa facture (au lieu de l’entreprise), une augmentation de l’indemnité forfaitaire de tele-travail sera appliquée “début 2023” et à hauteur de 15 %, en notant que l’indemnité, bien qu’existante, n’est toujours pas obligatoire pour l’employeur (rien de précisé par le Gouvernement pour la rendre obligatoire) qui pourra ainsi la proposer à son salarié, en contrepartie de ses efforts, notamment, dans ce domaine… A suivre !

 

 

 

 

Sources :

 

50% J'apprécieVS
50% Je n'apprécie pas



  • Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-8 :-1: :+1: :) :( 8-O

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2022 - v1.14.0