• Buzz chaud du moment
  • Buzz chaud du moment
Actualités

“Nous constatons que ces affleurements sont composés de roche ignée, modérément altérée par un fluide aqueux” : les révélations géologiques du cratère Jezero, sur Mars ! (et de Perseverance…)

Selfie improvisé avec “Rochette” (petit rocher sur le côté de photo…),
depuis Mars, le 10 Septembre 2021 (Sol-mission 198) !

 

Le rover poursuit ses investigations géologiques : des données précieuses qui permettent, après-coup, d’analyser plus finement et longuement certains aspects dont cartographiques (par spectre, via les outils d’imagerie de Perseverance, notamment) du terrain en surface mais aussi en profondeur. Les dernières études portant sur les relevés du genre, au Printemps 2021, du site (cratère) Jezero semblent révéler une nouvelle perspective ou mentalité : selon les études de la revue scientifique Science, les couches du sol ont révélé plusieurs origines de formation géologique, révélant une activité volcanique notable (et intense ?) sans toutefois confirmer ou infirmer, par ailleurs, la présence ancienne d’eau dans ce secteur.

 

 

Les scientifiques ont eu une surprise lorsque le rover Perseverance Mars de la NASA a commencé à examiner les roches sur le sol du cratère Jezero au printemps 2021 : parce que le cratère contenait un lac il y a des milliards d’années, ils s’attendaient à trouver des roches sédimentaires, qui se seraient formées lorsque le sable et la boue installé dans un environnement autrefois aqueux. Au lieu de cela, ils ont découvert que le sol était constitué de deux types de roches ignées – l’une qui s’est formée profondément sous terre à partir de magma, l’autre à partir de l’activité volcanique à la surface. Les découvertes sont décrites dans quatre nouveaux articles publiés le jeudi 25 août. Dans Science, on offre un aperçu de l’exploration par Persévérance du fond du cratère avant son arrivée dans l’ancien delta du fleuve Jezero en avril 2022 ; une deuxième étude dans le même journal détaille des roches distinctives qui semblent s’être formées à partir d’un épais corps de magma. Les deux autres articles, publiés dans Science Advances, détaillent les façons uniques dont le laser à vaporisation de roche et le radar pénétrant dans le sol de Persévérance ont établi que les roches ignées recouvrent le fond du cratère“, selon le communiqué de la NASA.

 

 

En fond de cratère, on retrouve, comme évoqué par Science, des morceaux de roche ignées : à l’aide de la SuperCam (laser par infra-rouge par vaporisation, jusqu’à 7 mètres de distance sur 15 mètres de profondeur !) et du RIMFAX (Radar Imager for Mars Subsurface Experiment) du rover des traces d’altération des minéraux (dans la roche) ont été trouvée même si – très brièvement… – la NASA relate bien, selon les propos de Science qui en a fait une étude complète, que ces altérations, bien qu’existante, n’étaient pas présentes partout ce qui peut donc suggérer, si eau éventuelle il y a eu, qu’elle a été là pour une durée courte, ou alors, limitée ; les hypothèses condensées de la revue scientifique Science, sur ce point : “bien qu’il existe des preuves d’altération aqueuse dominée par la roche et d’une diversité de phases secondaires, il n’y a aucune indication géochimique ou minéralogique d’altération aqueuse étendue en système ouvert, dans laquelle les cations solubles (Ca, Na, K) sont entièrement éliminés, entraînant des enrichissements. dans les phases alumineuses (c’est-à-dire les argiles riches en Al) (58). Les compositions en vrac des formations de Máaz et de Séítah sont compatibles avec des roches ignées presque vierges (sauf en S et Cl) ; les aluminosilicates hydratés sont rares ou absents ; et il n’y a aucune preuve texturale ou chimique d’une altération importante du plagioclase ou d’une dissolution de l’olivine/pyroxène Les roches ignées altérées aqueusement présentent des avantages en tant qu’échantillons pour le retour de la Terre. Les formations dont ces échantillons ont été prélevés datent probablement de la fin du Noachien au début de l’Hespérien ; seule une petite fraction des météorites martiennes sont aussi anciennes (73). Leurs âges de cristallisation, ainsi que les pressions et les températures lors de la formation de roches ignées, pourraient potentiellement être déterminés avec l’équipement de laboratoire actuel. Comme on pense que les formations Máaz et Séítah s’étendent sous le delta de Jezero, les âges de cristallisation ignée fourniraient des limites supérieures sur l’âge du lac et les processus fluviaux qui ont déposé le delta , une limite inférieure sur l’âge de l’impact de Jezero, et une borne supérieure sur l’âge des plus petits cratères de la formation de Máaz. Les lithologies ignées des échantillons pourraient convenir à l’analyse paleo-magnétique de l’ancien champ magnétique martien“, indique l’un des études de Science (Roches ignées altérées par voie aqueuse échantillonnées sur le sol du cratère Jezero, Mars).

 

En surface et sur une grande étendue, des parties d’olivines ont également été retrouvées : l’un des théories la plus probable (et soutenue) serait qu’au fur-et-à-mesure du temps (érosion par les vents, les intempéries), l’olivine sous terre, a été très progressivement (lentement) ramené en surface post-activité volcanique via un refroidissement du magna dans la zone Jezero. Bien sûr, il peut, aussi, s’agir d’une éruption où l’olivine aurait éclaté depuis un potentiel volcan pour retomber directement en surface mais, pour l’heure, cette théorie n’est pas retenue. Des grains d’environ 1-3 millimètres (qui dénote en taille par rapport aux grains d’olivine plus fins ou petits : un aspect qui peut-être ne s’applique pas sur Mars du fait que la composition de l’air et l’environnement n’est pas le même) ont été décelés par rayons-X via le PIXL (instrument) de Perseverance.

 

Selon  Yang Liu (JPL, NASA), en se basant sur les connaissances géologiques (par rapport à l’olivine terrestre…), du fait de leur taille, la théorie de la formation dans le sol et non en surface semble plus logique alors-même que ce qui peut s’appliquer sur Mars peut ne pas s’appliquer sur Terre ; et vice-versa, en terme d’évolutions des minéraux et des pierres, selon leur environnement externe ou chimique… A suivre !

 

 

 

Sources :

 

 

 

 

50% J'apprécieVS
50% Je n'apprécie pas



  • Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-8 :-1: :+1: :) :( 8-O

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2023 - v1.16.0