Actualités

[MAJ 21 / 07] Mars : Ingenuity valide son vol numéro 29, Perseverance en pleine ascension géologique et actualisation du programme MSR !

Cliché pris par la MastCamZ de Perseverance, le 19 Avril 2022, sur Mars !
(Source : JPL-NASA)

 

>>> Mise à jour du 21 Juillet 2022 : dans un communiqué du 13 Juillet 2022, JPL et la NASA ont fait savoir qu’en raison de la saison hivernale (sur Mars, donc) et des incrustations de poussière dans l’environnement aérien, la lumière étant moins propice au rechargement-batterie pour Ingenuity, ce dernier se voit contraint de faire une petite pause au niveau de ses plans de vol ; prochain envol prévu, au minimum et si les conditions le permettent, “vers le début du mois d’Août” 2022… A suivre ! <<<


Actualité originelle, le 16 Juin 2022

Alors que l’été bat son plein sur une partie de la planète Terre, la planète rouge, Mars, est passée en période hivernale sur la partie du globe où se trouve le site du cratère Jezero : pas de quoi, pour autant, arrêter Perseverance et Ingenuity qui continuent leur ascension ou investigation alors que les contours du Mars Sample Return, le programme de la NASA (en partenariat avec l’ESA (European Space Agency), le Canada mais aussi le Japon) s’émancipe avec un renfort de chercheurs pour optimiser les futures analyses des échantillons… circonvolution-express des dernières informations de la mission Mars !

 

 

Ingenuity : vol 29 validé, le 11 Juin 2022 (Sol-mission 465)

 

Sol-mission 465 (11 Juin 2022 – Terre) : vol 29 validé par Ingenuity !
(Source : NASA-JPL)

 

Malgré un hiver éprouvant (le drône-hélicoptère ayant été pensé – selon les dires de la NASA assez pragmatique, sans évoquer l’amortissement des budgets alloués ; ce qui parait étonnant, donc… – uniquement pour les périodes estivales ou printanières) avec des jours moins longs et, donc, des nuits plus fraîches (pour rappels, la recharge de la batterie se fait par énergie solaire !) où il a fallu repenser ou optimiser son alimentation afin qu’il s’éteigne avant la nuit, pour économiser l’énergie (avec un risque de non-reprise, lors de la remise en tension), Ingenuity poursuit ses plans de vol en validant le numéro 29. D’une étendue de 179 mètres, celui-ci a duré 66,6 secondes pour une altitude maximale de 10 mètres et une vitesse de pointe au sol de 5,50 mètres par seconde. A noter qu’avec le vol numéro 25, il élevait le mph à 12,3, la valeur la plus haute, jusqu’ici, depuis le début des vols (communiqués publiquement par la NASA). L’ensemble visait à se déplacer d’un aérodrome improvisé à un autre (vers le Sud-Ouest) dans le but de rapprocher Ingenuity de son acolyte, Perseverance.

Enfin et en terme de maintenance ou d’anticipation de panne technique (toujours en relation avec le climat saisonnier actuel perdurant sur Mars), JPL fait savoir que des modifications au niveau du code ont été apportées au niveau de l’inclinomètre (qui intègre deux accéléromètres – mesure de la gravité avant les opérations de rotations et de décollage) qui permet, en plus et au besoin, de vérifier ou avoir la main sur les paramètres de navigation : “le correctif insère un petit extrait de code dans le logiciel exécuté sur l’ordinateur de vol d’Ingenuity, interceptant les paquets de déchets entrants de l’inclinomètre et injectant des paquets de remplacement construits à partir des données de l’IMU. Pour les algorithmes de navigation, tout ressemblera à avant, la seule différence étant que les paquets d’inclinomètre reçus ne proviennent pas réellement de l’inclinomètre“.

 

Perseverance : à la recherche de la (future ex-) roche perdue

 

Vue d’une partie de la couverture thermique (dégagé en amarsissage, en Février 2021).
Cliché pris par Perseverance (MastCamZ), Sol-Mission 467 (13 Juin 2022 – Terre).
(Source : NASA-JPL)

 

Le rover continu son ascension géologique tout en appliquant la stratégie, aux dernières nouvelles de la NASA, impulsée par la Campagne Delta Front : en cours de montée (ou déjà de descente ? pour l’heure, aucun détails sur l’avancement de cette partie de mission de l’agence spatiale américaine), Perseverance a croisé… un bout de la protection thermique qui était présente pendant sa descente première sur Mars, en Février 2021 (déjà !). Un poil ironique, la NASA se demande comment cette partie a pu dériver jusque-là (2 Km du site d’amarsissage, tout de même) et se demande si le vent n’aurait pas envoyer l’ensemble jusque-ici.

 

Une hypothèse assez plausible qui est renforcée par les récentes études d’Aeolis Research qui ont étudié les phénomènes de bourrasque ou de nuage de poussière : “les auteurs de l’étude ont découvert qu’au moins quatre tourbillons passent Persévérance lors d’une journée martienne typique et que plus d’un par heure passe pendant une période de pointe d’une heure juste après midi. Les caméras du rover ont également documenté trois occasions au cours desquelles des rafales de vent ont soulevé de gros nuages ​​​​de poussière, ce que les scientifiques appellent des «événements de soulèvement de rafales». Le plus grand d’entre eux a créé un nuage massif couvrant 1,5 miles carrés (4 kilomètres carrés). Le document estime que ces rafales de vent peuvent collectivement soulever autant ou plus de poussière que les tourbillons qui les dépassent de loin en nombre […] le sable transporté dans des tourbillons a endommagé les deux capteurs de vent de MEDA. L’équipe soupçonne que les grains de sable ont endommagé le câblage fin des capteurs de vent, qui dépassent du mât de Persévérance. Ces capteurs sont particulièrement vulnérables car ils doivent rester exposés au vent pour le mesurer correctement. Des grains de sable soufflés par le vent, et probablement transportés dans des tourbillons, ont également endommagé l’un des capteurs de vent du rover Curiosity (l’autre capteur de vent de Curiosity a été endommagé par des débris soulevés lors de son atterrissage dans le cratère Gale)“, indique le communiqué de la NASA, le 1er Juin 2022, tout en relayant les conclusions de l’étude en question, publiée via ScienceAdvances, depuis le 25 Mai 2022.

 

Cliché pris par Perseverance (HazardCam gauche A),
SolMission 343 (6 Février 2022 – Terre)
(Source : NASA-JPL)

 

Enfin et depuis le 26 Mai 2022 (Sol-Mission 449), Perseverance commence à accumuler les heures de voyage : un très long chemin de croix qui s’incarne notamment par une pierre dans la roue interne du rover. Surnommée pet rock par la NASA-JPL, celle-ci recèle peut-être, ironie cosmique, des éléments géologiques auxquels il ne peut accéder. Au 2 Juin 2022, 8,5 Km avaient déjà été effectué avec ce bout de roche, comme le confirmaient chroniquement les images capturées par la HazCam gauche. Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Spirit (il y a quelques 18 années) qui s’était également trimbalé une roche assez massive (surnommée potato-sized) dans sa roue-arrière droite.

 

MSR : le programme évolue

 

Vue artistique du Sample Retrieval Lander qui propulsera (comme au base-ball : par envoi en l’air), dès 2026, une fusée,
nommée Mars Ascent Vehicle en surface de la planète rouge… jusqu’à la Terre (2031).
(Source : NASA-JPL)

 

 

Le programme Mars Sample Return qui incarne la mission retour des échantillons en cours de collecte, notamment, par Perseverance, sur la planète rouge, effectue un nouveau tournant : depuis le 14 Juin 2022, la NASA et JPL ont annoncé avoir fait une première sélection de chercheurs de la planète entière (Terre) ; Cela comprend :

 

  • JAXA : Tomohiro Usui,
  • NASA-JPL : Laura Rodriguez,
  • NASA Johnson Space Center Engineering TS : Michael Thorpe,
  • Université et geo-Institut Bayreuth : Audrey Bouvier,
  • Université de Cincinnati : Andy Czaja,
  • Université de Chicago : Nicolas Dauphas,
  • CERSC : Katherine French,
  • Université de Glasgow : Lydia Hallis,
  • Université de Harvard : Rachel Harris,
  • Centre aéro-spatial allemand : Ernst Hauber,
  • The Open University : Suzanne Schwenzer,
  • Institution de Carnegie de Washington : Andrew Steele,
  • Royal Ontario Museum : Kimberly Tait,
  • Institut Pasteur : Jessica Vanhomwegen,
  • Université du Michigan : Michael Veibel,
  • Institut National de la Tech. aero-spatiale : Maria-Paz Zorzano Mier.

 

Ces 16 chercheurs auront en charge l’analyse, la “récupération et la conversation” des échantillons martiens, tout en assurant les “projets terrestres connexes“… A suivre !

 

 

 

Sources :




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-8 :-1: :+1: :) :( 8-O

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2022 - v1.12.0