Actualités

“30 milliards de dollars vont à votre concurrent direct, et vous ne recevez pas un sou ?” : derrière le CHIPS Act des Etats-Unis, l’incitation forte à la souveraineté technologique ! (en autarcie libre…)

Le monde concurrentiel subira, peut-être, un nouveau tournant sous peu, aux Etats-Unis : tout comme l’Europe qui veut relancer une compétitivité en local via son propre CHIPS (Creating Helpful Incentives to Produce Semiconductors) Act, dans la même lignée, le continent américain poursuit son projet de loi en incitant les entreprises, à coup de subventions et aides fiscales, à ne pas faire appel à des partenaires ou fournisseurs externes au pays…

 

 

Alors qu’un vote pourrait intervenir dès demain (20 Juillet 2022), selon le sénateur Chuck Schumer, l’idée est de pouvoir rivaliser avec les restes du monde (dont la Chine, bien sûr, en ligne de mire, qui ne désemplie pas en terme de produits et de solutions concurrentielles) via plusieurs mesures pour favoriser les entreprises de semi-conducteurs américaines dont 52 milliards de dollars USD en terme de subventions. Un point qui, pour l’heure, divise encore certains parlementaires et politiciens américains, en passant par des représentants d’entreprises (qui, pour l’heure, souhaitent rester médiatiquement en retrait, selon Reuters, pour éviter un éventuel effet de disgrâce) : “vous avez Intel qui pourrait obtenir 20 milliards de dollars avec l’acte CHIPS plus 5 milliards de dollars ou 10 milliards de dollars en vertu de l’acte FABS. Donc, 30 milliards de dollars vont à votre concurrent direct, et vous ne recevez pas un sou ? Cela va causer des problèmes sur le marché“, est-il souligné par John Koetsier, dans un tweet du 18 Juillet 2022. Celui-ci évoquant, par ailleurs le FABS (Facilitating American-Built Semiconductors) Act qui permet de favoriser la fabrication des équipements ou leurs installations (logistique) dédiées via un crédit d’impôt de 25 % des investissements ainsi réalisés par une entreprise sur le sol américain.

Autant de mesure louables financièrement et fiscalement qui, néanmoins, faussera grandement le marché concurrentiel, notamment en créant des situations de cloisonnement, sans évoquer, sur le long terme, un manque d’échanges entre les pays ce qui ne sera pas sans rappeler certains périodes de l’Histoire assez glaciales au niveau des relations internationales entre pays… Derrière ce cadeau alléchant, réside, probablement, une volonté de pouvoir conserver la propriété intellectuelle, jusqu’à la fabrication, de certaines technologies : une stratégie qui avait déjà été entamée en Mai 2019 par Donald Trump, alors Président des Etats-Unis, en bannissant certaines entreprises étrangères du pays (dont Huawei, en principale ligne de mire, suivi d’autres entreprises dont TikTok). Une exclusion du marché concurrentiel américain poursuivi par Joe Biden, actuel Président des Etats-Unis, avec quelques atténuations mais, globalement, un objectif similaire. Les actes FABS et CHIPS s’inscrivent dans cette même lignée en excluant, cette fois, toute entreprise américaine qui n’oserait pas jouer le jeu concurrentiel ainsi imposé par le Gouvernement : cela pourrait concerner de grandes entreprises technologiques telles que Nvidia, Qualcomm ou encore AMD qui travaillent avec un porte-feuille de fournisseurs et partenaires variés. Le grand gagnant serait, dans ce secteur, Intel, ce qui désavantagerait considérablement les autres concurrents ; une première, alors, arriverait : le Gouvernement créerait de lui-même une situation de concurrence déloyale avec, cependant, une situation légalisée dans le marbre juridique… !

Concernant la variation européenne du CHIPS Act, celui-ci devrait connaître ses premiers émois par l’entremise de Bosch : depuis le 13 Juillet 2022, l’entreprise vient de confirmer ses intentions d’investir, d’ici 2026 et dans le cadre du programme IPCEI (PIIEC : Projet Important d’Intérêt Européen Commun), 3 milliards d’euros. En addition, l’ensemble vise à rejoindre les aspirations de l’acte européen avec, pour ce dernier et d’ici 2030, un doublement de la production, en Europe, des semi-conducteurs via un passage de +10 % à +20 %.

 

Des barbelés dans une prairie…

 

Avec de tels dispositifs législatifs, l’entreprise et son rapport avec la concurrence est en train d’être redessiné, en priorisant avant-tout l’intérêt d’une nation, désormais, plutôt que la compétitivité, avec un Etat, aux Etats-Unis ou en Europe, allant jusqu’à fortement recommander aux entrepreneurs de semi-conducteurs, via un cadeau fiscal, d’éviter de faire des affaires avec des partenaires qui siègerait en dehors du pays ; pour leur bien et celui de leur pays, bien évidemment… A suivre !

 

 

 

Sources :




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-8 :-1: :+1: :) :( 8-O

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2022 - v1.12.0