Actualités

[Le récap’] 3 Mai 2021 : ouverture du procès opposant Epic Games à Apple ! (ouverture des festivités…)

18 Mai 2021

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : évocation du kit AR (Réalité Augmentée, en français). Animal Safari AR, un jeu vidéo en réalité augmentée est évoqué par Phil Schiller de retour à la barre (avec près, encore, de 9 heures d’interrogatoire… !). Il est demandé au témoin de décrire dans le jeu ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. Il le décrit comme étant réel à l’exception des animaux, bien sûr. “pour les développeurs qui débutent”, les composants assimilés (realitykit et realitycomposer sont évoqués) peut s’avérer utiles, explique Phil Schiller. L’usage de CoreML, et d’autres “avantages” via les programmes-développeurs Apple relatifs dans ce domaine permettent d’exploiter cette technologie sans avoir à avancer beaucoup d’argent ou de l’argent. Au sujet des brevets et droits d’auteur (iPod) : “j’ai aidé à trouver l’idée de la roue“, annonce modestement Phil Schiller. Fin de l’interrogatoire des avocats d’Apple <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : contre-interrogatoire (avocats Epic Games). Les applications natives d’Apple sont pointées du doigt : leurs fonctionnalités ne sont pas présentes sur les applications Web. “C’est une différence : il y en a d’autres”, répond Phil Schiller quand on lui demande si leur différence vient du fait du rendu Web. Les avocats d’Epic Games démontrent que sur les 8 APIs évoquées par le témoin, seulement 7 sont prises en charge par Apple. Il est également souligné ou reproché le fait que parmis la communauté de développeurs Apple, beaucoup sont issus de la communauté open-source. Ces derniers étant “divulgué” par Apple en terme d’innovation technologique. Tout cela pour pointer le fait que les innovations et la propriété intellectuelle d’Apple repose, en partie, sur des logiciels open-source. “Apple prend le crédit total pour toutes les innovations“, accusent les avocats d’Apple. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : concernant un mail envoyé par Phil Schiller (qui a la mémoire-gruyère) alors qu’un rapport (Goldman-Sachs) mentionnait par la négative l’envoi dudit mail en question (document apporté en pièce lors du procès). <<<

 

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : au sujet de la migration de la bibliothèque (de films) AppleTV (un autre mail envoyé, en 2013, par le témoin qui mentionnait la difficulté à ce niveau, selon un rapport de l’époque). Phil Schiller explique que la difficulté restera moindre du fait que la plupart des utilisateurs, aujourd’hui, préfèrent un streaming de ce type de contenu plutôt qu’un achat. Même sujet mais concernant iCloud qui n’est pas sur Android, consent Phil Schiller. D’autres mails comme celui mis en illustration (ci-dessus) ont rafraîchi la mémoire de l’ex-VP marketing Apple. La correspondance interne de Phil Schiller continue à être dépouillée via un mail à l’attention de Steve Jobs, co-fondateur originel d’Apple où il est question d’une “très mauvaise idée” concernant la vision directe des contacts sous iPhone pointant, en premier, vers Google plutôt qu’Apple. Autre mail (avec Scott Forstall, en 2008) : “je ne vois pas comment nous pouvons obtenir quelques chose similaire à leur licence ou leur modèle commercial“. Les avocats d’Epic Games continuent de tenter de prouver qu’Apple se réjouissait du malheure de ses concurrents comme Google (mail – 2008 – autour de la création d’une API publicitaire Apple). Autre mail de 2010 indiquant le mécontentement de développeurs qui se sont vus rejeté leur application et qui voulait faire un recours avec message public. “Si vous courez vers la presse et nous détruisez, cela n’aide jamais“. Toujours dans la ligne directrice d’un plan (monopolistique, selon Epic Games), au fur-et-à-mesure du temps et en 2019, Apple évoque une stratégie gravitant autour d’un “avantage concurrentiel à long terme“. En désaccord avec ce point (souligné par les avocats Epic Games), la migration entre deux systèmes mobiles (iOS vers Android par exemple) rendrait ardu le changement de mot de passe (il faudrait obligatoirement posséder l’ancien, bien s’en souvenir). Phil Schiller explique que la réinitialisation de mot de passe reste possible, après la migration voire l’utilisation d’un gestionnaire de mots de passe multi-plateforme. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : les avocats d’Epic Games continuent de fouiller dans les mails, notamment un mail remontant à 2010 et qui indique qu’une “enquête approfondie” est nécéssaire sur l’AppStore (dont des thèmes autour du Dalaï Lama et de la liberté au Tibet). Contenus sensibles (sexuels, pornographiques) sont évoqués (but ?) puis les avocats d’Epic Games (re)citent à nouveau le cas d’Itch.io qui abrite ce type de contenus. “Vous ne savez pas si le contenu de Itch.io est meilleur ou pire que celui de l’App Store?”. “Non”, répond Phil Schiller. Les mots-clé de recherche au sein de l’AppStore – comme “escorte” ou “fetîche” – sont évoqués par les avocats d’Epic Games qui, après les mails, continuent dans le rayon-X du genre. “Sex Position 3D”, une application mobile, est évoquée. Bien évidemment, TikTok est cité avec une recherche via le terme “BDSM” : “vous conviendrez avec moi qu’il existe une variété de résultats de recherche pour le mot BDSM sous TikTok ?“, demandent les avocats Epic Games”. “C’est votre téléphone pas le mien“, répond Phil Schiller. L’idée est de démontrer que l’AppStore intègre des applications mobiles au contenu douteux… (ndlr) tout comme d’autres magasins concurrents. Finalement et avant la pause-déjeuner, Epic Games en vient au fait (ou à l’argument offensif) : l’application mobile Reddit (iOS) permet l’accessibilité des commentaires subreddits hébergés sous serveur NSFW (Not Safe For Work) bien que Discord a restreint leur accès en Avril 2021. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : concernant les propos de Phil Schiller au sujet de la diminution de la commission pour les petites entreprises au sein de l’AppStore (cf. journée du 17 Mai 2021, ci-dessous). “C’était certainement une considération de sa création, c’était que nous entendions des commentaires dans le monde entier“, réitère ou précise t-il (il évoquait cela dans le contexte de la COVID-19). Les avocats d’Epic Games continuent sur le sujet en parlant des bénéfices tirés de ces mesures : 70 milliards de dollars depuis 2008 (AppStore) ont été “gagnés” par les développeurs, soit, par logisme des avocats d’Epic Games, 20 milliards de dollars dans la poche d’Apple, pour la période donnée ; ce que confirme Phil Schiller et ses avocats. “Mais vous ne savez pas si les 20 milliards de dollars… placent l’App Store dans le domaine de la rentabilité“, interrogent mystérieusement les avocats d’Epic Games. Phil Schiller répond qu’un compte de résultat est là pour juger de manière chiffrée de ce point. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : les recours et plaintes à l’encontre d’Apple sont évoquées. Un mail de 2020 (toujours en relation avec Phil Schiller) “annonce” (avocats Epic GAmes) l’enquête anti-trust qui a oeuvré en Union Européenne, à l’époque. Phil Schiller reprend les avocats en précisant qu’il s’agissait non-pas d’une annonce mais de coupres de presse. Mail au sujet de la polémtique autour de l’application e-mail Hey. Remontant à Juin 2020, l’objet du mail s’intitulait “développeurs solidaires“. Face à la grogne des développeurs entre-autres, Apple recherchait des développeurs qui ne soutenait pas cette mise à jour (Basecamp permettant de se connecter à un compte gratuite temporaire – 14 jours – à l’application tout en ayant des partenariats externes.Rejeté, le système de paiement propre à Apple a été exclus au sein de cette mise à jour en proposant celui de l’éditeur qui redirige l’utilisateur directement depuis son site officiel). Ce mail a été envoyé avant l’affaire Epic Games. “Cela a à voir avec tout ce qui a trait à l’App Store, et certains s’en plaignaient, et nous voulions montrer qu’il y avait des gens qui en étaient vraiment heureux”, répond Phil Schiller. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : “divers scénarios” ont été envisagés pour diminuer le nombre de développeurs élligibles au programme pour les petites entreprises, selon les avocats Epic Games. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : concernant la collecte de données et de la possibilité pour un utilisateur de se désinscrire ou non. A renfort de classeurs-documents (assez massifs), les avocats d’Epic Games développe le point : les annonces personnalisées (collecte pendant 10 ans d’un “score de confiance“). “Il ne s’agit pas de suivre où vous êtes, mais d’applications géographiquement pertinentes“, concernant la donnée géo-localisée dans une application mobile iOS, répond en toute quiétude, Phil Schiller qui indique que la fonctionnalité est exploitée pour identifier le pays de résidence afin de montrer les options de localisation relatives. Bien que cela ne soit pas véritablement prouvé (Phil Schiller n’étant pas d’accord là-dessus), les avocats d’Epic Games affirment que même après avoir désactivé le ciblage publicitaire, la data est quand même collectée depuis un terminal iOS. Place aux données collectées au sein de l’AppStore, cette fois : informations bancaires, historiques de recherche, coordonnées (idem pour l’éco-système attenant tel que Books, News ou AppleTV entre-autres). Phil Schiller n’est pas d’accord avec ces affirmations. Information chiffrée non-divulguée au procès, les avocats d’Apple évoquent des gains hebdomadaires sur les annonces de recherche. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : les avocats d’Epic Games continuent leur argumentation autour d’un des noeud central du procès. Le paiement in-app relatif à l’achat in-app, donc, d’une application mobile, au sein de l’AppStore. Selon la dépisition de Scott Forstall (ancien VP senior, logiciels iOS) il aurait été dit ou recommandé que les applications mobiles possèdant leur propre interface de paiement (externalisation) devait passer à l’achat in-app sous AppStore. Phil Schiller est en désaccord tout en complètant le propos (suite à une question) en confirmant qu’avant l’IAP sur la boutique en ligne Apple, certains développeurs, d’eux-mêmes donc, proposaient l’achat intégré, in-app via des abonnements “non récurrents” notamment pour des accès depuis des sites Web, explique Phil Schiller ce qui reste autorisé par Apple, est-il rappelé. Les avocats d’Epic Games dégainent un mail entre Phil Schiller et Eddy Cue. Remontant à 2011, il est mentionné que “toute personne offrant un service d’abonnement […] devra ajouter notre nouvelle facturation d’abonnement dans l’application et supprimer tous les liens vers leur inscription Web“. Phil Schiller répond que cela a attrait à la politque d’anti-redirection d’URLs depuis l’AppStore. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : système de paiement externe “magasin dans magasin” à l’AppStore. Phil Schiller s’amuse en taclant les avocats d’Epic Games en supposant qu’il peut y avoir également un “magasin dans le magasin du magasin“. Avant cela, il lui était demandé des précisions (chiffrées) sur ce type d’application rejetée par Apple. Il n’a pas su répondre. Re-mail (2013) sur un client-éditeur qui avait été rejeté pour ce type de situation voire doublement après avoir montré vraisemblablement patte blanche (“de grands efforts“). Le cas de Sesame Street à nouveau évoqué mais sur une situation, cette fois, purement imaginaire : les avocats d’Epic Games supposent que la boutique en ligne pour enfants auraient pu être rejeté. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : contenu Not Safe For Work re-évoqués (NSFW) via TikTok mais, aussi, Intagram et Reddit. “Si un utilisateur avait téléchargé l’application native de l’une de ces trois applications… il aurait pu accéder au contenu de ces applications“, indiquent les avocats d’Epic Games. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : directives “secrètes” envers les développeurs, préfèrences d’Apple sur ses propres contenus publicitaires… Phil Schiller confirme (par question préalable) que l’algorithme d’Apple intègre 42 variables dont la popularité, le nom etc mais “non“, il n’a pas changé. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : la recherche sous iOS est utilisée pour trouver des applications mobiles déjà installées. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : Programme Entreprise Apple. “Nous travaillons avec de grandes entreprises, nous leur donnons une clé de sécurité spéciale, et ils doivent signer un accord disant qu’ils ne distribueront pas aux consommateurs“, explique Phil Schiller. Spotify et Tile (qui font parti de la coalition for app fairness – à l’encontre d’Apple et de la commission, suite à la protestation d’Epic Games sur la commission de 30 %) ont témoigné au Congrès. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : reprise du thème sensible (pornographie, sexualité). “Il serait inapproprié pour nous de donner nos sentiments personnels“, explique Phil Schiller, concernant les applications mobiles BDSM mais sous la forme d’une application de rencontre en tant que fonction première. “Le mot« suivi »fait spécifiquement référence au moment où un développeur… a besoin d’informations de votre part pour fournir un service, ce n’est pas un suivi, c’est juste un service“. Apple ne suit pas ses utilisateurs en ne réceptionnant pas ces données. Apple ne revend ou ne partage pas ces données. Evocation de l’App Tracking Transparency (à nouveau). “S’il y avait un plan ici, c’est simplement de proposer de nouvelles fonctionnalités pour aider à protéger les utilisateurs contre les escroqueries en matière de sécurité et de confidentialité”, affirme Phil Schiller. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : après tergiversations, Apple avait finalement autorisé plusieurs applicaitons de contact dont la sienne (Google est cité) au sein d’iOS. Phil Schiller prend l’initiative de revenir sur le mail qui pointait sur les annonces publicitaires et qui demandait “où serait Google ?” ce qui pouvait laisser flotter l’hypothèse d’une supposée éviction. Il explique qu’il s’agissait plutôt d’une “première prise de conscience” pour discuter du sujet concurrentiel sans que cela ne freine ou ne limite Google, sur une supposée mentalité d’Apple. <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : enfin, la proposition d’Epic Games sur une potentielle acceptation d’applications tierces au sein de l’AppStore est ré-évoqué. Il y a quelques jours, il était proposé que cela pourrait être tout à fait faisable pour Apple avec un travail sécuritaire similaire à ce qui est fait actuellement. “Toutes les applications et services fournis par ces magasins ne sont pas examinés par App Review“, explique Phil Schiller (sous-entendu, certaines ne pourrait pas être compatible avec l’AppStore ce qui, en l’état, est difficilement concevable sécuritairement). <<<

 

>>> Mise à jour du 18 Mai 2021 : Michael Schmid, responsable du développement commercial des jeux sur l’AppStore, est appelé à la barre (fin pour Phil Schiller, aujourd’hui). Les jeux vidéos mobiles sont catégorisés dans une section dédiée sous l’AppStore (jeux du même acabit que Fortnite, selon les considérations d’Epic Games). L’AppStore intègre des jeux vidéos populaires, est-il expliqué. Fin de cette journée, la suite demain… A suivre ! <<<

 

 

 

Source : Adi Robertson (TheVerge), live-tweets.




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2021 - v1.11.4a