Actualités

RGPD : environ deux tiers des e-mails réceptionnés contiendraient un pixel-espion !

Jusque dans la boîte mail… selon une étude réalisée par l’application de messagerie Hey (sur demande de la BBC), plus de la majorité des e-mails que l’on reçoit intégrerait, sans consentement aucun, un pixel-espion : pratique chroniquement usitée par les entreprises marketing ou publicitaires (pour le compte, en général, d’entreprises), ce pixel n’a pourtant rien d’illégal puisque mentionné dans certaines conditions générales – contractuelles – d’utilisation mais face aux récentes évolutions juridiques – pour ne pas citer le RGPD, entre-autres – l’enjeu de la transparence peut s’avérer un défi, pour certains…

 

 

L’usage de ces pixels est multiple : tout un tas de données est collecté (ouverture des mails, compteur d’ouverture, terminaux utilisés pour lire les mails, localisation du terminal depuis l’adresse IP…) et, en général, pour bloquer ce type d’intrusion, des solutions gratuites et parfois payantes, sous la forme d’extensions-navigateur Web, sont disponibles. Les mises en lumière ont permis de constater que bon nombre d’entreprise exploitait cette technique : British Airways, TalkTalk, Vodafone, Sainsbury’s, Tesco, HSBC, Marks & Spencer, Asos et Unilever. En toute transparence, la BBC se cite elle-même comme utilisant cette technique.

Nous traitons plus d’un million d’e-mails par jour et nous ne sommes qu’un petit service par rapport à Gmail, mais c’est au nord de 600 000 tentatives d’espionnage bloquées chaque jour“, indique Hey, tout en expliquant que ceux-ci prennent, en général, la forme d’un fichier-image (GIF, PNG) d’un pixel, donc, instillé tout en haut (en-tête) ou en bas (pied de page) du mail. Parfois, c’est dans le contenu-même qu’il réside. Un moyen comme un autre de suivre les retombées des campagne marketing ciblées avec, parfois, un suivi allant au-delà du traceur.

Côté réglementation, le PECR (Privacy and Electronic Communications Regulations) – équivalent du RGPD au Royaume-Uni, depuis 2003 – et le RGPD-même, en Europe, depuis 2018, englobe une telle pratique. Un cadre légal existant, donc, mais pas forcément respecté : le consentement éclairé et acté par l’utilisateur face à une information transparente est loin de coller avec l’actuel usage fait de ce pixel. Parmi les entreprises cités précédemment, British Airways et TalkTalk ont botté en touche en utilisant la base légale pour légitimer une absence de consentement éclairé de la part de l’utilisateur. Nul doute que cette affaire devrait, dans les mois prochains, faire l’objet d’une revisite jurisprudentielle : comme d’habitude, dire que la chose a toujours était faite ainsi ne peut (plus ?) valider une telle pratique ; surtout quand celle-ci s’appuie sur une réglementation relative à la confidentialité de la donnée-utilisateur assez détaillée en la matière… A suivre !

 

 

Source : BBC – 17 Février 2021 – Pixel-espion : une étude révèle que deux tiers des mails d’un fournisseur de messagerie Web regorgerait de l’élément sans consentement aucun et éclairé de l’utilisateur.




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2021 - v1.10.0