Actualités

Google : le Département de la Justice américaine passe à l’offensive en portant plainte contre le “gardien du monopole” !

Au 10 Octobre dernier, les relents de poursuites judiciaires pendouillaient au nez de Google : début du mois, en effet, il était éventuellement question d’appliquer les conclusions du rapport d’enquête de la Comission parlementaire qui préconisait, entre-autres, de recentrer les activités des GAFA sur celle de prédilection. Pour le cas de Google, le moteur de recherche, ce qui excluait potentiellement toutes les autres. Une manne pour le DoJ (Department of Justice) qui aurait eu l’idée de soustraire de l’énorme équation-business de la firme multinationale le navigateur Chrome ; nouveau rebondissement : finalement, les festivités du genre sont entamées mais au détour d’une plainte…

 

 

Enregistrée le 20 Octobre dernier par la Cour du district de Columbia, le DoJ, soutenu par de nombreux Etats américains (Arkansas, Floride, Géorgie, Indiana, Kentucky, Louisiana, Mississippi, Missouri, Montana, Caroline du Sud et Texas) reproche au “gardien du monopole de l’Internet” son insolente pluralité : avec des revenus annuels estimés à plus de 160 millions de dollars, les partenariats et nombreux services (Shopping, Publicité, données analytiques, suite bureautique, smartphones…) ont commencé à figer le marché alors-même que sa loi principale autorise, paradoxalement, de pouvoir proposer une offre sans limitation de domaines de prédilection. Entre-temps bien sûr, Microsoft étant passé par là, la notion de monopole a largement été débattue pour limiter certaines entreprises dans leurs ardeurs capitalistiques. Un point qui est aujourd’hui remis sur la scène technologique avec, par exemple, quelques 80 % de requêtes issues de Google et rien que pour les Etats-Unis.

D’ailleurs, n’y allant pas par quatre chemins, la plainte fait état de Google qui pointait du doigt à une époque la situation de Microsoft ; une situation similaire, selon le document, dans laquelle se retrouverait aujourd’hui Google. Forcément, la concurrence doit savourer : des acteurs comme DuckDuckGo ou encore Yahoo!, qui ne brillait pas forcément d’ordinaire mettent en avant, cependant, des parts de marché plus qu’amoindries. Argument irréfutable, la place que Google pourrait laisser à de tels acteurs est bien mince. Pour la partie PC / ordinateur (Etats-Unis), Google occupe 82 % des PDMs contre 2 % pour DuckDuck Go ; 4 % pour Yahoo!. De manière générale, bon nombre d’accords ont été conclu sous une exclusivité pour soit brider la concurrence soit interdire, par défaut, tout type d’installation qui, indirectement, pourrait faire de l’ombra à Google.

 

(Source : Kak)

 

Autant de stratégies entretenues pendant des années qui vont être difficilement plaidables pour le géant californien qui maintient, en toute logique, sa ligne de défense, en réfutant certains arguments apposés dans la plainte : “oui, comme d’innombrables autres entreprises, nous payons pour promouvoir nos services, tout comme une marque de céréales pourrait payer un supermarché pour stocker ses produits au bout d’une rangée ou sur une étagère à hauteur des yeux […] Nos accords avec Apple et d’autres fabricants et opérateurs d’appareils ne sont pas différents des accords que de nombreuses autres entreprises ont traditionnellement utilisés pour distribuer des logiciels. D’autres moteurs de recherche, dont Bing de Microsoft, sont en concurrence avec nous pour ces accords […] Apple propose Google Search dans son navigateur Safari, car ils disent que Google est «le meilleur». Cet arrangement n’est pas exclusif – nos concurrents Bing et Yahoo! payer pour figurer en bonne place“, est-il communiqué dans un billet du blog officiel, le 20 Octobre dernier.

 

Illustration à l’appui, Google réitère que l’on peut changer de moteur de recherche au sein de Safari par exemple. Pour la partie mobile sous Android, il est rappelé que les contrats et accords conclu ne sont pas verrouillés dans la distribution d’applications : sur les terminaux Samsung Galaxy (Android 10) par exemple, les applications de Facebook et Samsung s’affichent et non-pas uniquement que les applications de Google. La pluralité se présente également depuis le Play Store en cherchant simplement l’application que le consommateur désire, depuis sa barre de recherche toujours affichée en hauteur d’écran. Ironie du sort, il y a encore peu, Google aimait dire – au détour d’un tacle à Apple en citant Fortnite – qu’il laissait le libre-choix aux développeurs quant à la distribution de leurs applications et à leur(s) modalité(s). Dans l’absolu, la défense de Google se centre sur les besoins des “américains au quotidien“… A suivre !

 

 

Source : Scribd – 20 Octobre 2020 – Dépôt de plainte DoJ, Etats-Unis vs Google : situation monopolistique reprochée.




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2020 - v1.3.1