Projet Natick : Microsoft sort des entrailles de la mer son datacenter sous-marin de quelques 864 serveurs !

Depuis 2014, la firme de Redmond exploite également l'espace sub-aquatique : via le projet Natick, l'enjeu réside dans l'économie des coûts d'infrastructures liés aux centres de données (datacenters) tout en maintenant une exploitation honorable. Une équation qui semble, aujourd'hui, rentable selon les dernières informations à ce sujet, de Microsoft, en date du 14 Septembre 2020.

 

Si en 2015 un premier prototype (3 mètres x 2 mètres) a été inauguré en étant testé aux abords de la Californie, ce n'est qu'à partir de 2016, en Écosse, que le prototype évolue pour s'immerger, en 2018, à environ 36 mètres de profondeur. Toujours aux larges des côtés des îles nordiques, le datacenter atteint désormais une dimension de 14,3 m x 12, 7 m et fonctionne via énergie renouvelable pour assurer sa consommation moyenne de quelques 240 kW. L'ensemble intègre,  à l'intérieur, 12 racks de 864 serveurs (FPGA) ; chacun supportant 27,6 Po de données... Pour l'heure les serveurs peuvent être immergés jusqu'à 5 ans sans besoin aucun de suivi ou de maintenance physique.

 


La phase I étant un succès, Microsoft se tourne désormais vers la phase II : il s'agira de pouvoir étendre le concept, notamment, sous partenariat avec le groupe Naval, spécialisé dans la construction et l’ingénierie sous-marine de structure assez massive. L'entreprise est française et travail chroniquement sous contrat avec le secteur militaire, entre-autres, ce qui sera assurément un gage de qualité pour la suite de l'aventure.

 

"Pour l'instant, Project Natick est un projet de recherche appliquée, axé sur la détermination de la viabilité économique de l'exploitation de centres de données conteneurisés en mer à proximité des grands centres de population pour fournir le cloud computing à un monde de plus en plus dépendant de la connectivité Internet", est-il affirmé. Un axe écologique est aussi prévu : les modules ont une rotation tout les cinq ans pour enlever puis remettre les racks de serveurs et immerger l'ensemble à nouveau, à hauteur de 20 ans, maximum. Au-delà, ceux-ci seront définitivement ôtés de la mer pour être recyclé avec un objectif zéro-carbone d'ici 2030 voire 2050, pour une émission totale des activités et solutions, de l'entreprise, nulle... A suivre !

 

Source : Microsoft - 14 Septembre 2020 - Projet Natick : Phase II sur le point d'être amorcée.




  • Mots-clef: ,