Actualités

“La planète n’a pas de frontières” : Bob Behnken et Doug Hurley relatent leur retour sur Terre et les bénéfices de la mission Crew Dragon 2 !

Sans doute à cause de la fatigue et / ou de la gravité terrestre (?), les deux cosmonautes exténués et légèrement peu souriants entamaient officiellement leur dernier communiqué publique avec un florilège de questions-réponses, principalement des médias locaux (américains)…

 

 

Pour rappel, depuis le 30 Mai 2020, Doug Hurley et Bob Behnken sont entrés dans l’Histoire spatiale terrestre : en effet, en partenariat avec la NASA, SpaceX, entreprise privée détenue par Elon Musk, a réussi une prouesse et pas des moindres ; celle de pouvoir envoyer des êtres humains dans l’Espace (chose qui n’était, certes, pas nouvelle) et de faire amarrer le véhicule spatial à l’ISS (Station Spatiale Internationale) tout en permettant à leurs occupants de séjourner à bord.

 

De gauche à droite : Anatoli Ivanichine, Ivan Vagner, Chris Cassidy (commandant ISS, expédition 63) et,
venant d’arriver le 31 Mai 2020, Bob Behnken et Doug Hurley !

 

Et, quel séjour ! Un peu plus de deux mois, au cours desquels les deux hommes ont pu aider le commandant, Chris Cassidy mais aussi, Ivan Vagner et Anatoli Ivanichine pour faire progresser la science, la chimie au cours de nombreuses expériences scientifiques dédiées. Bien évidemment, un voyage à l’ISS n’en est pas un sans “SpaceWalk” : il s’agit de sorties extra-véhiculaires qui permettent, dans les grandes lignes, de prodiguer maintenance et mises à jour à la station spatiale, pour éviter qu’elle tombe en déperdition technique, logistique. Deux mois au cours desquels une amitié très forte s’est renforcée : “je penses que nous sommes devenus des amis proches“, évoque Doug Hurley non sans-émotion, en pensant aux membres de l’expédition 63 dont il a fait partie avec Bob Behnken. Un sentiment partagé par ce dernier.

 

Au centre, Bob Behnken (assisté, à gauche, de Doug Hurley),
lors du lancement initial de la mission Demo-1 (SpaceX), en Mars 2019.

 

Bob Behnken rappelle qu’il s’agit le fruit d’un dur labeur : depuis près de cinq ans, lui et Doug Hurley entre-autres ont éprouvés et testés bon nombre d’aspects du programme Crew Dragon de SpaceX, dès la mission Demo-1 en 2019. Le travail sera payant via la mission Crew Dragon 2 qui aura subi deux étapes majeures : ce premier vol-test sans être humain – réussit avec succès – avant de voir le second vol spatial avec deux êtres humains : un essai validé depuis Dimanche 2 Août 2020. Avec une pointe d’humour, Bob Behnken évoqué des efforts d’années entretenus grâce à la persévérance avec parfois des soupçons d’épisodes de “paranoïas“.

 

Si les yeux se tournent désormais sur les futures missions (Crew-1 d’ici la rentrée à venir ; Crew-2 d’ici 2021), Bob (Robert) Behnken et Doug (Douglas) Hurley auront entamé et finalisé un pan de l’histoire spatial assez dense. “En tout honnêteté, il n’y avait pas de surprises“, explique Bob Behnken, en faisant référence à l’aventure vécue au cours de ces deux mois dans l’Espace, jusqu’au moment de retourner sur Terre : “le véhicule était solide […] ses performances (techniques, ndlr) ont répondu à nos attentes“.

 

Bien évidemment, les fameux “Gs” sont évoqués ainsi que les sensations ressenties lors de la phase descendante vers la planète : “on se sentait un peu comme des animaux, à l’intérieur“, confie Bob Behnken, tout en tentant de détailler les “vibrations” ou secousses produites par l’engin spatial ; notamment lors du déploiement des parachutes (en deux temps) qui aurait produit un “crack” assez franc. Le binôme explique, aussi, ne pas en avoir mené large quand il a fallut encaisser 3,5 Gs voire 4 Gs : “nous étions comme ça !“, tente de mimer Bob Behnken avec la bouche plissée et toute en longueur, ce qui a provoqué un rire de Doug Hurley. Outre l’entraînement qui conditionnait déjà leur corps (notamment via des casques de réalité virtuelle), d’autres surprises du genre se sont, tout de même, invitées, lors de l’entrée dans l’atmosphère : “je fut personnellement étonné de voir comment je transpirais assez rapidement“, déclara Bob Behnken.

 

De gauche à droite : Bob Behnken faisant une démonstration, Chris Cassidy et,
Doug Hurley, le jour de l’anniversaire de Bob Behken, le 28 Juillet 2020 !

 

Peut-être certain(e)s se sont demandé(e)s ce que l’on mangerait en premier au retour sur Terre : si un bon barbecue semblait l’hypothèse la plus probable il n’en fut rien. Après avoir salivé des semaines sur une photo de pizza au sein de l’ISS (pas de nourriture solide à bord : si cookies il y a par exemple, c’est uniquement dans le cadre d’expérience ce qui renforce, par ailleurs, la volonté de ne pas en manger. En effet, chaque élément peut devenir une arme contre les installations électriques ou logistiques de la station spatiale. Prendre le risque de manger du solide est prendre le risque de mettre en danger l’ISS et ses membres. Manger solide ou être aspiré, il faut choisir !), Bob Behnken ne s’est pas fait prier pour manger une pizza, une fois retourné sur Terre. La photo lui avait été offerte lors de son anniversaire, le 28 Juillet 2020, faut de mieux, à bord de la station spatiale.

 

Concernant les taux de NTOs ou MMHs en hausse et qui ont retardés, pendant environ une bonne heure, l’ouverture de la trappe de la capsule Crew Dragon 2, ceux-ci n’ont pas été évoqué, même une fois, lors de cette conférence. Doug Hurley relate seulement une vision restreinte depuis les petits hublots qui ne permettaient même pas d’assister à la longue rondes des bateaux de secours et d’assistance technique de la NASA et SpaceX. Depuis hier, le binôme subit des séances de reconditionnement à la gravité : “cela continuera pendant environ 45 jours“, affirme t-il.

 

 

L’heure est, désormais, à l’analyse des données : SpaceX et la NASA devront essuyer toute une batterie de tests et de contrôles dans le cadre de la fameuse certification qui impose un délai de 6 semaines avant réutilisation d’une capsule déjà utilisée ou amortie dans l’Espace. “Cela sera l’affaire encore de quelques vols avant de considérer ce véhicule comme éprouvé“, explique Doug Hurley qui qualifie la mission entière de “surréaliste“.

 

Un sentiment partagé, également, par Bob Behnken : “c’est quelque chose d’incroyable d’avoir cette luminosité […] ou de procéder aux Spacewalks avec cette lumière […] comparé à l’obscurité de l’Espace !“, évoque l’ingénieur-pilote qui œuvrait avec Chris Cassidy aux cours de ses sorties un peu-beaucoup spéciales-spatiales.

 

Les deux cosmonautes remercient SpaceX et la NASA mais aussi le “temps clément” qui a permis de finaliser (presque) en douceur cette mission Crew Dragon 2.

 

La “cupola” d’observation de l’ISS était une occasion chronique pour l’ensemble des expéditions de prendre un cliché-photo ou d’admirer la vue depuis un lieu exceptionnel : “la planète n’a pas de frontières“, confirme Doug Hurley tout en faisant référence aux crises socio-économiques voire sanitaires… A suivre !




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2020