Actualités

[Insolite] Cellules, bactéries : traverser de manière autonome un labyrinthe, c’est possible ! (avec un “taxi” spécial…)

D’une manière moins insécuritaire voire inquiétante (?), la découverte scientifique attisera les regards ou la curiosité : des chercheurs de Glasgow ont réussit à diriger des cellules dans un labyrinthe. Par le biais d’un subterfuge chimique déjà utilisé par le corps humain entre-autres, ces micro-organismes ont pu trouver leur chemin, sans aide aucune !

 

Reproduction du labyrinthe de Hampton Court Palace (Royaume-Uni).

 

En effet, comme souligné par le rapport préliminaire en libre accès sur le site “Science“, depuis le 28 Août dernier, des “gradients de produits chimiques attractifs” résident dans le corps humain pour communiquer avec  certaines cellules grâce à une chimiotaxie “auto-générée” pour leur dire quoi faire et vers quelle destination se rendre. Grâce à ce procédé nommé “chimiotaxie”, que l’on retrouve, par exemple, dans la duplication de cellules dans le cadre d’une infection : “En utilisant la modélisation et les données de cellules vivantes, la chimiotaxie auto-générée permet aux cellules d’obtenir des quantités surprenantes d’informations sur leur environnement. Les cellules de la moisissure visqueuse Dictyostelium discoideum et les cellules dérivées du cancer du pancréas de souris ont pu utiliser la diffusion des attractifs pour identifier le meilleur chemin à travers des labyrinthes complexes, même lorsque le chemin correct était long et tordu, sans jamais entrer dans des chemins erronés“.

Choisi pour sa complexité, le labyrinthe (qui était décliné par type de difficulté) possède deux schémas : un modèle prédictif et un modèle réel. Les résultats ont été à la hauteur des scénario théoriques : “les gradients chimio-attractifs auto-générés permettent aux cellules de parcourir des chemins complexes avec une grande efficacité. La diffusion et la décomposition des attractifs permettent aux cellules d’obtenir des informations détaillées sur leur environnement qui ne pourraient pas être fournies par de simples gradients attractifs. La migration cellulaire in vivo ne peut être comprise sans tenir compte de l’interaction entre les cellules, les attractifs et la structure de l’environnement local“.

Ce type de recherche permettra d’en savoir plus sur la manière de pouvoir moduler ce type de communication, notamment pour les maladies infectieuses ou mortelles comme les cancers… A suivre !

 

 

Source : Science – 28 Août 2020 – Reproduction d’un circuit cellulaire sous chimiotaxie auto-générée : PoC sur des reproductions de labyrinthe.




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2020