Actualités

24 Avril 1990 – 25 Avril 2020 : bon ninif’ au télescope Hubble qui soufflera ses 30 années d’existence ! (mais avec l’œil…)

Vendredi 24 Avril, le télescope spatial Hubble (HST pour les intimes : Hubble Space Telescope) fêtera ses 30 ans : l’occasion pour la communauté scientifique et ceux et celles affectionnant l’Espace dans son moindre horizon de célébrer une des prouesses technologiques mises en oeuvre par la NASA, en partenariat avec l’ASE (Agence Spatiale Européènne).

 

Avènement spatial d’Hubble, 
le 25 Avril 1990 (NASA).

 

En réalité, le projet initial débute dans les années ’40 – en 1946 – lorsque l’astrophysicien Lyman Spitzer Jr. ébauche les premiers principes du Large Space Télescope, l’ancêtre du futur Hubble. Toujours non lancé en terme de construction, le projet continue tout de même à être peaufiné fin des années ’60 – en 1969 – via le soutien officiel de l’Académie Nationale des Sciences pour le LST.

 

Miroir primaire du LST (futur Hubble),
en 1979.

 

Dès 1974, exit la bureaucratie : les scientifiques peuvent enfin fabriquer une sorte de PoC de l’engin longuement décortiqué à coup de mots et d’expression savantes : un premier groupe de travail du genre est ainsi formé pour concevoir physiquement une première version du LST ainsi qu’un premier cahier des charges finançier de la bête. Il faudra, là aussi cependant, attendre encore quelques années – jusqu’en 1977 – pour avoir l’aval du Congrès Américain pour concrétiser ce projet ; un an après, en 1978 – en Décembre : Noël avant-l’heure sans doute pour les scientifiques ! – le fameux miroir primaire (principal) est construit tout en revoyant les appétits techniques à la baisse avec un miroir de non-plus 3 mètres de diamètre mais, plutôt, de quelques 2,4 mètres. La technologie est développée par Perkin-Elmer Corporation. Cette année sera, également, l’occasion de rôder les futures équipes de vol pour la maintenance et mise à niveau dans l’Espace du futur Hubble. Un second voyage sera organisé en Février 1997 (STS-82, SM2) pour vérifier la caméra infrarouge notamment, ainsi que le spectromètre multi-objet (NICMOS) et le spéctrographe (STIS) ;

 

Clichés obtenus depuis l’ACS,
la caméra à vision avancée pour les études, en Mars 2002.

 

Un troisième, en Mars 2002 (STS-109, SM3A) pour paramétrer les contrôleurs à distance (sur Terre) ainsi qu’installer une caméra avancée pour les études (ACS) et de nouveaux panneaux solaires. Après un report dû à l’incident relatif à Colombia en Février 2003, la mission de maintenance STS-125 (M4) a été initialisée en Octobre 2006 pour être lancé officiellement en Mars 2009. Ce voyage permis, en plus d’entretenir les outils ou instruments de mesures déjà existants, d’installer une caméra à angle large “wide” (troisième) et un spectrographe ultraviolet (Cosmic Origins Spectrograph). Batteries et gyroscopes ont été remplacés.

 

Edwin Powell Hubble,
Institut de Carnegie (Washington, Etats-Unis).

 

Ce n’est qu’en 1983 qu’Hubble est re-nommé, des suites des découvertes historiques d’Edwin – Powell – Hubble, un astronome qui a prouvé – par corrélation avec Georges Lemaître quelques années plus tôt, en 1927 – que l’univers était en expansion, donnant ainsi naissance aux lois (ou constantes) de Hubble que l’on nomme, éthiquement, lois Hubble-Lemaitre.

 

“Première lueur” d’Hubble (à droite),
le 20 Mai 1990.

Après quelques retards de calendrier, Hubble, ainsi fraîchement renommé, est lancé en orbite le 24 Avril 1990 via la mission STS-31 (depuis le centre spatial Kennedy, en Floride, aux Etats-Unis). Les premiers clichés sont datés du 20 Mai qui suit : comparé à un télescope autre qu’Hubble, les images subissent un traitement amélioré d’environ 50 % de plus grâce à la technologie ainsi aboutie au sein du télescope spatial.

Malheureusement, à partir du 27 Juin 1990, des imperfections apparaissent au niveau-même du miroir primaire : “le remplacement du miroir n’était pas pratique, donc la meilleure solution était de construire des instruments de remplacement qui corrigeaient le défaut de la même manière qu’une paire de lunettes corrigeait la vision d’une personne myope. L’optique corrective et les nouveaux instruments ont été construits et installés sur Hubble par des astronautes de la sortie dans l’espace lors d’une mission de navette en 1993. L’instrument de remplacement axial du télescope spatial correctif (COSTAR), de la taille d’une cabine téléphonique, a placé dans Hubble cinq paires de miroirs correcteurs. qui a contré les effets de la faille. Entre 1990 et 1993, certaines images Hubble ont été traitées à l’aide de techniques de reconstruction d’images informatiques qui ont quelque peu atténué les effets du miroir défectueux“, explique la NASA, des suites d’une erreur de conception du miroir (à hauteur de 2 petits microns “seulement” ce qui, en fait, est énorme pour de tels instruments d’observations) par Perkin-Elmer ; cette erreur minime mais lourde conséquence dans les prises de vue spatiales fut nommée “aberration sphérique“. Cette dernière ne sera réellement colmatée qu’en Janvier 1994, via l’installation de nouveaux instruments optiques !

Depuis, le télescope a pu faire bon nombre de découvertes : une première prise de vue de Jupiter le 17 Mai 1991, la confirmation de l’existence des trous noirs à partir de 1992, voire, deux ans après, l’existence de trous noirs supermassifs (galaxie elliptique M87, située à 50 M AL), l’avènement de Titan (Saturne VI, Lune – satellite – de Saturne) via des clichés infrarouge en Novembre 1994, la visualisation en surface de la planète (naine, selon les résultats des débats et des votes à ce sujet…) Pluton en Mars 1996, la progression ou la croissance d’un cycle d’une planète via un cliché d’Orion Nebula en Avril 2001 (1 500 AL)…

 

Deux Lunes gravitant autour de la planète Pluton,
via des clichés pris par Hubble en Octobre 2005.

 

… La découverte de deux “petites” Lunes gravitant autour de la planète Pluton en Octobre 2005, l’existence de la matière noire – via des prises de vue sous rayons-X – en Août 2006…

 

L’HUDF (Hubble Ultra Deep Field : champ ultra-profond),
actualisé en Juin 2014.

 

… Le point (historique) de collision entre la galaxie Andromeda et la Voie Lactée –  estimé à, environ, 4 milliards d’années – en Mai 2012, l’actualisation du HUDF (Hubble Ultra Deep Field) en Juin 2014, la prédiction d’une explosion de Supernova en 2015, le repoussement du point le plus éloigné (GN-z11 : 400 M d’années après le Big-Bang) de la galaxie en distance cosmique en Mars 2016, la découverte – à échelle humaine – de l’étoile la plus éloignée (Icarus : 9 milliards d’AL) de la Terre en Avril 2018 ou encore, en Septembre 2019, l’existence de vapeurs d’eau sur une exoplanète – K2-18b : 110 AL – potentiellement habitable par l’être humain.

 

Tout comme aux Etats-Unis, la France organisera de nombreux points (numériques) de rencontre sur les réseaux sociaux ou à travers des live streaming tenus par des scientifiques ou des communautés associatives relatives à l’Univers spatial : c’est le cas, entre-autres, de la cité de l’Espace ou encore de l’ESA France… A suivre !

 

Source : NASA – Hubble.




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2020