Collecte de données : Avast met un terme à son partenariat avec JumpShot, en guise de mea culpa !

Le 27 Janvier dernier, PCMag et Motherboard (via Vice) nous offrait la primeur d'une révélation concernant l'éditeur de solutions anti-virus : la collecte pas assez transparente des données-utilisateurs à une multitude d'acteurs tiers et qui visait essentiellement les versions gratuite de l'anti-virus...

 

 

Si l'option était bien visible dans ces versions - gratuites, donc - en revanche, ce que cela impliquait l'était bien (à) moindre (mesure) : cela n'est pas sans rappeler le cas de CCleaner qui, en Août 2018, avait dû corriger certains points concernant sa télémétrie un peu trop intrusive via Heartbeat. Reste que, concernant Avast, l'affaire est bien plus avancée : si les utilisateurs affirment que l'information n'était pas assez claire ou explicite pour qu'ils en soient informés. Cela allait du simple clic jusqu'aux recherches Web (y compris pour les sites de Web-marchands) ; le but étant, comme toujours, de cibler au mieux les utilisateurs pour "offrir" un contenu publicitaire qui matchera le mieux en terme de monétisation, côté annonceurs.

Toujours selon les mises en lumière des deux webzines d'actualité, le NYT avait déjà repéré la pratique comme douteuse en 2006 : appuyé en 2017 par l'Université de Stanford dans une étude dédiée, une des fonctions permettait d'identifier personnellement un profil ou compte-utilisateur. Un point revenu dans cette récente collecte de données sensibles qui comprenait, en plus, le nom de l'utilisateur, son e-mail, son historique, son pseudo et un numéro (IMEI ?) permettant de l'identifier depuis le terminal où était ainsi installé la version gratuite d'Avast.

L'exploitation de ces données étaient transmises entre-autres (et / ou revendues ?) à Google, Yelp, Microsoft, Pepsi, Home Depot, Tripadvisor, Sephora, IBM, Southwest Airlines, Altria. L'ensemble était piloté sous contrat officiel : le groupe Omnicome Media aurait mis sur la table pas moins de 2 075 000 millions de dollars pour ainsi exploiter la data-user... avec une enveloppe de 6,5 M de dollars pour JumpShot et uniquement pour ce client.

Un coup d'éclat médiatique qui a obligé l'éditeur à sortir de son silence en communiquant aujourd'hui, le 30 Janvier, sur la fin du partenariat avec Jumpshop Inc. tout en se voulant rassurant sur la suite des évènements : "avec la nature en constante évolution des menaces pesant sur les utilisateurs en ligne aujourd'hui et dans le futur, Avast se concentre sur l'innovation pour améliorer nos produits au profit de nos utilisateurs et la protection de leur vie privée" ; les utilisateurs apprécieront sans doute... A suivre !

 

Source : Avast - 30 Janvier 2020 - fin du partenariat avec JumpShot.




  • Mots-clef: ,