Beephone "50 iPhone pour 1 euros" : entre critiques et action en justice !

Nul n'est - sans doute - passé à côté du mini-buzz qui a fait polémique autour de Beephone, un revendeur d'offre reconditionné qui donne ainsi une seconde vie aux smartphones de la pomme verte et qui, occasionnellement, organise des concours pour promotionner l'ensemble ; dernier en date, le tirage au sort (TAS pour les aficionado) du 26 Janvier dernier et mettant en jeu quelques 50 iPhone à 1 euros...

 

Si chaque site ou organisme connaît son lot quotidien de plaintes (parfois avérées), la diffusion d'un jeu-concours peut être à double-tranchant : une dure leçon apprise par Beephone au cours des derniers jours qui, en plus d'avoir accumulé une image peu flatteuse, aurait achevé définitivement sa e-réputation auprès de certains utilisateurs ou futur ex-client(e)s.

Comme officiellement décrit dans le communiqué officiel, l'entreprise a dû, une fois de plus, se justifier sur certains problèmes antérieures (la livraison notamment) mais, surtout, sur le dernier TAS organisé au 26 Janvier 2020. En effet, certains internautes auraient pointé du doigt des e-mails inexistants, fait que ne dément pas totalement Beephone puisqu'il avoue que le "panel d'adresses" aurait été transmis à l'Huissier de Justice (organisateur du concours suivant l'importance des lots et / ou du trafic usuel : une garantie supplémentaire, sauf ici pour le coup, en cas de contestation...) "sans vérification préalable". Une faute à demi-avouée mais, hélas, pour l'heure, non pardonnée.

 

Suite aux flots de mécontentements et d'insultes à outrance, Beephone a dû supprimer son compte Twitter tout en notant, en aparté, que d'autres concurrents ou acteurs technologiques ont profité de ce mauvais buzz pour proposer, avec une pointe d'humour noir, des TAS du même acabit avec la marque. Pour l'heure, l'entreprise a déposé une plainte pour diffamation (procès-verbal à l'appui pour les détracteurs) : il faudra sereinement démêler l'ensemble de cette histoire avec, certes, des points accablants pour Beephone, comme l'a révélé l'UFC depuis le 25 Janvier dernier avec une mauvaise organisation logistique flagrante mais, aussi, une accumulation de mauvaise publicité issues des réseaux sociaux et - pas toujours - légitime... A suivre !

 

Source : Beephone - Communiqué officiel.