Articles

IFA 2019 : les solutions technologiques entre minimalisme et grandes largueurs !

Intel de 10ième sortie, Huawei et Samsung à la conquête de la 5G

XxX Intel XxX

Sans réel surprise, Intel a profite, comme chaque année, du salon Berlinois, pour créer justement la surprise à travers moultes annonces via, principalement, la mise en avant des solutions mobiles partenaires comme Acer, Lenovo, Asus, Razr, Dell, MSI, TP-Link ou encore Microsoft.

 

Wafer (galette).

Début Août, le fondeur officialisait la 10ième génération de puces via Ice Lake pour annoncer, la fin de ce même mois, le 21 Août, les puces “Comet Lake” qui sont gravées en 14 nm (contre 10 nm, pour Ice Lake). Toujours orientées pour les solutions (ultra)mobiles (portables, laptops…), ces puces seront déclinées en deux séries (U et Y) et auront, pour certaines,  jusqu’à 6 cœurs et 12 threads (i7 10710U) avec un cache légèrement dopé (12 Mo pour le Core i7 10710U, série U ou, 8 Mo, pour le core i7 10510Y, en pointe). La configuration graphique en prend un coup (exite l’Intel Iris Plus Graphics) avec “seulement” l’UHD Graphics qui ne sera pas – tout à fait – optimisé pour des usages intensifs comme le gaming (contrairement à l’Iris Plus) mais reste honorable.

C’est, d’ailleurs, ce qu’on pourra retenir de Comet Lake : une gamme de puce honorable mais qui ne frise pas la folie sur le papier comme Intel avait pu le créer à une certaine époque en étant bien devant AMD avec une avalanche de cœurs et de spécificités techniques qu’AMD avait bien dû mal à saisir. Aujourd’hui, force est de constater, pour l’heure du moins, que la tendance s’inverse avec des puces en 14 nm mais, cependant, boostées au niveau des fréquences type Max Turbo (par core et par groupe de core d’une puce donnée) : on atteint ainsi 4,9 GHz pour une puce i7 10510U (unitairement) contre 4,5 GHz pour un i7 10510Y. De quoi satisfaire le consommateur (?) qui pourra s’y retrouver niveau budget en série U ou Y, en plus d’avoir un TDP, pour certains modèles, assez modestes avec 7 watts (séries Y), 15 watts (25) étant le maximum pour les séries U. Dans ce domaine, AMD a encore un peu de chemin à faire : à titre comparatif (toujours pour des puces mobiles, bien sûr), les Ryzen 3, 5 et 7 (officialisées en Janvier 2019) oscillaient avec un TDP allant de 15 à 35 watts, selon les modèles (3750H pour le modèle le plus gourmand).

 

 

Côté bureau, Intel a voulu lancer sa solution offensive du genre (toujours contre son ami-ennemi de toujours, AMD et sa puce Ryzen 9 3950X officialisée le 7 Juillet dernier) via “le meilleur processeur gaming au monde” ou, de son nom plus modeste et technique, le core i9 9900KS, un micro-processeur en édition “spéciale” et, surtout une déclinaison de sa puce phare, i9 9900K, commercialisée depuis fin 2018 pour les solutions bureautiques. Si peut d’information (comme le TDP : mais on pourrait estimer un peu plus que les 95 watts du modèle 9900K) ont émanés, plutôt que de miser sur le cœur en nombre, la puce octa-core à 16 threads (16 cœurs et 32 threads pour AMD) pourrait atteindre les 5 GHz (Turbo) contre 4,7 GHz pour le Ryzen 9 3950X “seulement”. Une infime différente qui pourrait, à nouveau refaire basculer le cœur du consommateur vers Intel, en quête de besoins en ressources intenses… ? Si la puce d’AMD a été annoncé pour 749 dollars environ, Intel, pour l’heure, n’a pas encore communiqué sur le prix officiel de cette puce améliorée.

 

XxX Qualcomm XxX

 

Plus que jamais à la conquête de la 5G, le spécialiste en télécommunications se veut ambitieux puisque d’ici 2020, il compte bien fournir sur le marché divers modèles de puce Snapdragon via les séries 6, 7 et 8. Après avoir annoncé, en Février dernier, un modem Snapdragon X55 5G, les Snapdragon séries 7 5G intégreront la nouvelle connectivité via un SoC. Les séries 6 Snapdragon pourraient être disponibles d’ici “la seconde moitié de 2020”.

Au final, Qualcomm annonce en toute quiétude la fourniture-réseau de “plus de 2 milliards d’utilisateurs de smartphones” !

 

 

XxX 5G XxX

 

Huawei, le conquérant sans peur et (presque) sans reproche

 

Le 15 Mai dernier, Le Président des États-Unis d’Amérique actuel, Donald Trump, décrétait officiellement que certaines entreprises locales ne pourraient plus faire d’affaire avec d’autres entreprises qui pourraient “présenter un risque pour la sécurité nationale”. En première ligne, les sociétés qui pourraient exfiltrer des informations de manière malveillantes (cyberespionnage) ou les communiquer à d’autres tiers… Un décret en demi-teinte que n’a évidemment pas apprécié certains pays (in)directement visés comme la Chine et, notamment Huawei : “il semble évident de constater que les actions récentes entreprises contre des entreprises et des individus chinois ne sont pas seulement des affaires judiciaires classiques, mais représentent très clairement une répression politique délibérée“, a ainsi déclaré Wang Yi, actuel Ministre des affaires étrangères Chinoises.

 

Les États-Unis ne devraient pas essayer de détruire Huawei pour quelque chose de trivial. Si les États-Unis estiment que nous avons fait quelque chose de mal, nous pouvons en discuter de bonne foi et trouver une solution raisonnable […] Nous sommes ouverts au partage de nos technologies 5G avec des entreprises américaines, afin qu’elles puissent construire leur propre industrie 5G“, affirme Thomas Friedman, dans le cadre d’une lettre ouverte à Washington, relayée publiquement par le NYTimes. Il ne serait, donc, plus question d’intenter une action en justice, la Chine priorisant une stratégie douce plutôt qu’une négociation musclée à l’Américaine. Gageons que Donald Trump saura entendre les arguments de Huawei afin d’assouplir son décret en ce sens pour éviter une totale fermeture commerciale de son pays vers un des pays précurseurs en matière de technologie. S’il peut apparaitre louable de protéger numériquement une nation, une des meilleures protection reste avant tout de garder un hypothétique danger à vue d’œil, devant soi, et non derrière soi.

 

Dans l’attente d’une réponse pondérée de Washington, Huawei n’a rien laisser montrer durant l’IFA et, faisant fi de ce “léger” impondérable, le fabricant est venu officialiser son SoC Kirin 990 qui intégrera la technologie 5G. L’ensemble est d’un bloc (pas d’ensemble type “Balong 5000” + “Kirin 980” comme annoncé en Janvier dernier) et devrait permettre un upload maximal de 1,25 Go / sec. contre un téléchargement maximal de 2,3 Go / sec. Le Kirin 990 sera octa-core (2 x Cortex A76 + 2 x Cortex A76 + 4 x Cortex A55) couplé avec un GPU Mali G76 de 16 cœurs. Pour ceux et celles qui s’attendaient à un Cortex A77, le fabricant a privilégié le confort-utilisateur plutôt que de sacrifier les performances de l’autonomie de la batterie, selon Richard Yu, actuel PDG de Huawei.

 

En aparté, Huawei continue sa promotion autour du fameux Mate 30 qui sera officialisé d’ici le 19 Septembre prochain à Munich. L’appareil serait décliné en deux modèles (une version Pro, en plus), serait équipé d’un écran AMOLED de 6,7 pouces, du Kirin 990 bien évidemment, d’une batterie de 4 500 mAh (modèle Pro) et, surtout, d’un APN de 40 Mpx via ses 3 capteurs dédiés. On y attendrait, également, une mémoire vive de 8 Go, une puce octa-core et jusqu’à 512 Go de stockage en dur (version Pro)… A suivre !

 

Samsung : Exynos 980

 

Le fabricant Sud-Coréen a, lui aussi, peaufiné son SoC 5G. Affichant une vitesse légèrement supérieur à celle de Huawei en téléchargement (2,55 Go / sec.), l’Exynos 980 est annoncé comme étant optimisé pour l’IA (Intelligence Artificielle) ; via ses quelques 8 nm de finesse de gravure, si le SoC de Huawei permet une rétrocompatibilité jusqu’en 4G (avec une performance moindre annoncé par le fabricant), Samsung annonce un support allant jusqu’à la 2G, pour peut que l’on utilise encore, certes, la connectivité-réseau. Le SoC intègre un GPU Mali G76 comme le concurrent et un CPU composé de 2 x Cortex A77 + 8 x Cortex A55 : vraisemblablement, Samsung a opté pour la stratégie inverse de Huawei, à savoir intégrer le Cortex 77 (et non le 76) au risque de décroître les performances techniques du terminal qui accueillera ce SoC ; sauf si, bien évidemment, les performances, même diminuées, permettent d’avoir un fonctionnement supérieure à la concurrence… Samsung annonce un démarrage en production d’ici la fin de cette année.

 

Sources :




  • 50% J'apprécieVS
    50% Je n'apprécie pas
    Pas de commentaire

    Laisser un commentaire

    ;) :zzz: :youpi: :yes: :xmas: :wink: :whistle: :warning: :twisted: :sw: :sleep: :sg1: :schwarzy: :sarko: :sante: :rollol: :roll: :rip: :pt1cable: :popcorn: :pff: :patapai: :paf: :p :ouch: :oops: :o :non: :na: :mrgreen: :mdr: :macron: :love: :lol: :kissou: :kaola: :jesuisdehors: :jap: :ilovesos: :idea: :houra: :hello: :heink: :grumpy: :fume: :frenchy: :fouet: :fouet2: :first: :fessee: :evil: :dispute: :demon: :cryy: :cry: :cpignon: :cool: :cassepc: :capello: :calin: :bug: :boxe: :bounce: :bluesbro: :bisou: :babyyoda: :assassin: :arrow: :annif: :ange: :amen: :D :??: :?: :/ :-| :-x :-o :-P :-D :-? :-1: :+1: :) :( 8-O 8)

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Copyright © Association SOSOrdi.net 1998-2021 - v1.10.0