Skype et Cortana : Microsoft met à jour sa déclaration de confidentialité... et c'est tout ! (data face)

Le 7 Août dernier, Motherboard alertait l'opinion publique en pointant, à son tour, Microsoft, qui, par l'entremise de Skype et de l'assistant Cortana, exploitait à l'insu de l'utilisateur les extraits vocaux ainsi collectés pour mieux parfaire son IA. Si d'autres concurrents avaient choisis de montrer patte blanche en désactiver totalement ou partiellement un tel service, la firme de Redmond ne s'est pas formalisé plus que cela, en appliquant le minimum légal : une mise à jour de la politique de confidentialité qui informe l'utilisateur ; pour peu qu'il lise le document.

 

 

Si le RGPD a causé bien des casse-têtes et des nuits blanches quant à sa rédaction, tout en appliquant les recommandations de la CNIL, il était fatalement prévu que les cas d'écoles allaient se multiplier, même si de tels dispositifs réglementaires ne peuvent suivre avec les tendances Web ou technologiques naissantes, comme cela fut le cas, par exemple, avec les assistants vocaux qui sont maintenant légion sur le marché dédié. Une problématique qu'a dû affronter Google, Apple, Amazon voire Microsoft qui, après les révélations de Motherboard, avait préféré prioriser la transparence de l'information plutôt qu'une éventuelle suspension de ce service d'écoute préférentiel. Dernier en date, Facebook, le 13 Août dernier et selon les propos relayés par Bloomberg, revenait sur ces propos de 2018 tenu devant le Congrès Américain à l'encontre du Senateur Gary Peter puisqu'il a admis, finalement, avoir bel et bien exercé de telles pratiques pour des fins publicitaires, en analysant et écoutant de manière automatisée, par l'entremise d'une équipe tierce dédiée, les communications des utilisateurs sur le réseau social.

 

(Source : Vitaly Podvitski)

 

"Notre traitement de données personnelles à ces fins inclut à la fois des méthodes de traitement automatisées et manuelles (humaines). Nos méthodes automatisées sont souvent liées à nos méthodes manuelles et prises en charge par celles-ci. Par exemple, nos méthodes automatisées comprennent l’intelligence artificielle (IA), que nous considérons comme un ensemble de technologies qui permettent aux ordinateurs de percevoir, d’apprendre, de déduire et d’aider à prendre des décisions pour résoudre les problèmes de manière similaire à ce que les personnes font. Pour créer, former et améliorer la précision de nos méthodes de traitement automatisées (notamment l'IA), nous examinons manuellement certaines des prédictions et déductions produites par les méthodes automatisées par rapport aux données sous-jacentes à partir desquelles les prévisions et les déductions ont été effectuées. Par exemple, nous examinons manuellement les extraits de code courts d’un petit échantillon de données vocales. Nous avons suivi des étapes pour les rendre anonymes afin d'améliorer nos services vocaux, tels que la reconnaissance et la traduction", est-il ainsi mentionné dans sa politique de confidentialité ainsi actualisé courant Août avec, pour l'utilisateur, en seul recours, une unique manière de pouvoir supprimer de telles données : en passant par le tableau de bord de confidentialité ; et c'est résolument tout... A suivre !

 

Source : Microsoft - Août 2019 - Politique de confidentialité.