Neuralink : un premier cas clinique annoncé d'ici 2020 !

Neuralink, l'entreprise Californienne fondée par Elon Musk en 2016, a annoncé, Mardi 16 Juillet dernier, un premier essai sur cobaye humain dès 2020, concernant sa puce neuronale.

 

(Source : Compte Youtube officiel Neuralink)

 

 

Au détour d'une conférence prévue spécialement à cet effet, Elon Musk et l'équipe technique de Neuralink, spécialisée dans les solutions bio-technologiques neuronales, semblent avoir franchi une étape. De son nom officiel, BMIs (pour "Brain-Machine Interfaces") compte améliorer l'existence de patient(e)s aux déficiences neuronales réduites ou atteintes comme cela est malheureusement souvent le cas pour les troubles moteurs de certaines maladies comme Parkinston, Alzheimer ou des troubles empêchant la motricité corporelle (imaginons les conséquences d'un grave AVC...).

Comme l'indique son nom, cette puce servira d'intermédiaire (de transmission) entre le cerveau humain et les actions électrotechniques de la puce-même, via de petites électrodes toutes fines mais denses en nombre (3 072 !). Tout comme une puce du marché, elle possèdera des "threads" (traitement des tâches, actions, programmes : techniquement, un fil d’exécution), le tout accusant une taille de 23 mm x 18,5 mm x 2 mm (puce entière avec "fils" compris).

Le projet indique que la puce gérera les capteurs sensoriels et sera entièrement sans-fil (ce qui posera fatalement la question du piratage...), comme un objet domotique connecté à une interface-utilisateur (probablement via une application). Si les questions sécuritaires peuvent déjà, légitimement, intriguer, il reste, bien évidemment, la question de l'opération et surtout des conséquences éventuelles en cas de dysfonctionnements de la puce quant il ne s'agirait pas, tout simplement, d'une vieillesse normale (hors incident). Concernant l'opération, Elon Musk s'est voulut rassurant : "Ce n’est pas comme une opération majeure, c’est en quelque sorte l’équivalent d’un type de LASIK", comparant ainsi l'intégration bio-technologique de la puce à une opération de l’œil sous laser (comme on peut le voir dans le film "Destination Finale 5", par exemple, mais en moins tragique gageons-le) qui se pratique avec un simple anesthésique local (sans endormissement complet) pour éviter, en théorie, de souffrir pendant que la laser œuvre.

 

Des objectifs ambitieux pour Elon Musk, tout comme pour Space Exploration Technologies (populairement nommée "SpaceX") qui a essuyé littéralement un feu au niveau du module-lanceur principal "StarHopper" (StarShip). Si les dégâts semblent selon les rumeurs (aucun communiqué ou tweet officiel d'Elon Musk ou de sa société SpaceX) minimes, il sembleraient que d'autres tests réels soit, pour l'heure, clos puisque les routes du site de Boca Chica (Texas) sont à nouveau libre d'accès. Selon les propos rapportés par The Verge, l'incident pourrait être lié au nouveau module-moteur Raptor qui avait subit récemment des étincelles inquiétantes lors des essais d'allumage, ce qui aurait alors contraint à l'abandon du test... A suivre !

 

Source : Conférence Neuralink - 16 Juillet 2019 - Planning BMIs et présentation de son fonctionnement.