"Je ne pense pas que l’humanité arrêtera d’essayer d’allonger sa vie" : Bill Gates confie son Top10 des innovations du futur ! (Mr E-rma)

Comme chaque année, le MIT  Technology Review recense un listing des 10 innovations majeures ou en devenir en high-tech qui feront de nos cuisines, nos maisons ou encore notre corps des environnements tendant vers la perfection si tant est que cela existe... Pour cette édition 2019 le magazine Américain a voulu donner la parole au fondateur (1975, avec Paul Allen sous l'appellation "Micro-Soft") et ex-PDG de Microsoft Bill Gates qui s'est donc prêté au jeux en prédisant les technologies futures ou en marche.

 

 

Si, depuis 2000, le philanthropique ex-dirigeant de Microsoft s'est retiré du monde des affaires au profit d’œuvres caritatives (via la fondation "Bill et Melinda Gates"), cela ne l'a pas empêché, pour autant, de garder un œil alerte sur les dernières tendances ou innovations futures dont il nous révèle, un top 10 :

 

  • La dextérité, l'agilité robotique,
  • La nouvelle génération de la puissance nucléaire,
  • La prédiction des prématurés,
  • La pilule-sonde,
  • Les vaccins "personnalisés" contre le cancer,
  • Le burger de bœuf à partir de souches en laboratoire,
  • L'isolation de dioxyde de carbone,
  • L’électrocardiogramme embarqué / nomade,
  • Les WC autonomes (sans égouts) et,
  • Les assistants connectés intelligents (IA).

 

Bon nombre de ces "prédictions" emboîtent déjà le pas sur le présent comme la pilule-sonde qui fait échos à une invention mise en lumière en Juin 2018, par des chercheurs de l'Université du Michigan qui avaient conçus le plus petit ordinateur ou terminal au monde : avec les applications que l'on imagine, cet ultra-nano-système pourrait parfaitement intégrer une coque protectrice biologique ou bionique pour voyager à travers un corps animal ou humain pour opérer en douceur dans des endroits très délicats ou, du moins, impossible à opérer, même, probablement, par les chirurgiens les plus délicats ou minutieux.

 

Une nano-maison construite en partenariat avec μRobotex,
en Mai 2018.

 

En 2010, la puce RFID, découverte par des chercheurs de l'Université de Reading (Berkshire, Angleterre) constituait, alors, les prémices d'une telle innovation bio-technologique.

 

L'ECG (électrocardiogramme) a été largement démocratisé par les montres connectées intelligentes d'Apple via ses gammes Apple Watch diverses mais, en 2014, Google évoquait déjà cette fonctionnalité de prise de constantes (température, goutte de sang, rythme cardiaque...) avec la possibilité, depuis son smartphone, d'ajouter et d'enlever de petits modules eux-mêmes visuellement (textures, relief, coloris via une plate-forme) personnalisables et interchangeables, au dos du terminal : il s'agissait du projet Ara (Phonebloks) malheureusement stoppé dans son élan en 2016 par la firme de Mountain View.

 

Des tests étaient en cours ou en prévision du côté de Puerto Rico via des camions ambulants, entre-autres, qui proposeraient des modules prêt à l'impression, à l'achat (à la demande).

 

Un projet aussi malin qu'ambitieux qui n'a pas vu le jour alors qu'un tel smartphone contribuait à réduire les déchets technologiques (mais, sans doute également, les achats de ces derniers, pour les entreprises...) puisque l'on changeait les modules et non plus le "squelette" du terminal.

 

Burger de viande in-vitro,
croisé avec l'actualité du scandale des Lasagnes Findus en 2013.

La viande sans viande, pour résumer le concept grossièrement, a eu ses premiers balbutiements dès 2013 et en Angleterre avec la conception en laboratoire du premier burger fabriqué in vitro, en souches cellulaires avec, selon le cas, l'usage partiel de plantes... L'idée, à terme, est de se passer de l'élevage bovin et assimilés (veau, vache, poulet, cochon pour ainsi dire) ce qui permettra d'endiguer la pollution liés à ces élevages, les conditions pas toujours éthiques (dans le cadre des élevages gargantuesques) et surtout la propagation des maladies allant de l'animal vers l'homme comme la terrible maladie de la vache folle ou encore les cas de grippes aviaires (influenza animale). Reste à voir, toutefois, un paramètre et non des moindres : le goût de cette viande qui est encore à l'étude ou en affinage et qui devrait arriver dans nos assiettes d'ici quelques années, au moins.

Autre fruit de la recherche : les vaccins personnalisés. En 2017, Catherine Wu (Institut du cancer Dana-Farber, Boston, États-Unis - oncologue et hématologue) a voulu optimiser ses connaissances en cherchant à interpréter de manière différente, pour chaque patient, la manière dont ces derniers subissaient le cancer et les traitements relatifs ou alternatifs. Pour ce faire, dès 2015, elle a développé en laboratoire des "néo-gènes" (des protéines mutantes, modifiées) qui permettent d'identifier la tumeur ou le type de cancer (sa forme, son stade à l'intérieur du corps puisqu'un cancer, son évolution, est différente d'un patient à un autre) pour mieux tenter d'endiguer la progression voire l'existence du cancer en boostant les cellules T du corps. Les tests se sont révélés plus que concluants avec des guérison du groupe-test quasi-complètes, hormis deux patients qui ont dû avoir un traitement complémentaire dû à une rechute (quand on sait ce que cela implique par rapport au cancer de base) pour ne plus avoir, eux aussi et selon les propos relatés par l'étude, de cancers. Bien évidemment, si la découverte est majeure, il est nécessaire qu'elle soit éprouvée plus en profondeur et surtout sur un panel beaucoup plus large de patients.

"Je pense qu'il s'agit d'un avenir qui vaut la peine qu'on s'y attarde", conclut Bill Gates... A suivre !

 

Source :MIT TEchnology Review - 27 Février 2019 - Top 10 des innovations futures ou en devenir, de Bill Gates (interview).