Clear History : l'outil de gestion et de suppression des données collectées par Facebook disponible "d'ici la fin d'année" !

Évoqué officiellement le 1er Mai 2018, sans plus de précisions détaillées par la suite par Facebook, l'alternative de Google (le tableau de bord qui permet d'activer ou non certains services et de consulter, modifier voire supprimer certaines données de navigation collectées) du réseau numéro un mondial semble être sur le point d'être lancé "d'ici la fin de l'année", selon David Wehner.

 

 

En effet, c'est au détour d'une conférence à San Francisco que le directeur administratif et financier du réseau social a divulgué très brièvement un créneau de lancement pour Clear History, à l'égard de ses utilisateurs et utilisatrices qui pourront, alors, bientôt voir l'ensemble des données recueillies par Facebook. Déjà à l'époque, à demi-mots, le géant social mettait, toutefois, en garde contre un usage systématique de cet outil puisqu'une fois les données effacées, "l'expérience" sur le réseau s'en ressentira : il faut dire que la donnée collectée, avant RGPD, était la base-même de Facebook pour mieux créer du contenu relatif (via des boutons-clics comme le "like" ou encore des préférences de navigation, selon le contenu sélectionné, lu...). En clair : une fois les données effacées, le système (algorithme) va à nouveau se pencher sur vos manières de navigation ou de lecture ou d’interaction au sein du réseau social ; tout en permettant d'effacer ses données... bref, un cercle vicieux mais qui sera régie légalement. Reste à voir, sur le long terme, l'absurdité d'un tel cycle pour ne pas amener la question fatale pour certain(e)s : faudra-t-il continuer un réseau aussi intrusif mais qui permet d'effacer ses données tout en les collectant aussitôt par la suite ?

Une annonce qui intervient peu de temps après une autre et pas des moindre : le 22 Février dernier, le WSJ, révèle qu'une bonne dizaine d'applications d'e-santé transférait, par l'entremise des développeurs via "app events", des données personnelles de l'utilisateur vers Facebook à des fins publicitaires ou commerciales. Ainsi, suivant si telle ou telle personne renseignait religieusement son cycle menstruel à travers une application dédiée, le réseau envoyait des contenus relatifs à des articles de naissance ou pour bébé... A suivre !

 

Source : Numerama - 28 Février 2019 - Facebook : déploiement fin d'année de clear history.