18 Février 1999 : bon ninif' à Free qui a fêté ses 20 ans ! (plop)

"Il a Free il a tout compris" : un des slogans phare de Free (ex-Telecom), une filiale du groupe Iliad dont la concurrence n'augurait pas l'ampleur du phénomène "Free".

 

Xavier Niel, un des fondateurs de Free (Iliad),
tenant dans ses mains de manière menaç"aAa"nte la Freebox Révolution (2010).

 

En effet, si l'entité "Free SAS" est juridiquement officialisée en Février 1999, ce n'est que deux mois après, en Avril 1999, que Free ouvre ses premières festivités du genre : l'accès à l'Internet sans abonnement et sans surcoût. Certes, on était loin de l'offre triplay mais il s'agissait déjà, à l'époque, d'une énorme révolution sur le marché concurrentiel qui n'avait pas d'offres semblables (hormis certains précurseurs comme Freesbee ou Freesurf qui n'ont malheureusement pas duré dans le temps ou, du moins, n'ont pas vu plus large que l'idée-même). Bref, une aubaine pour ses fondateurs principaux (Maxime Lombardini et Xavier Niel) qui graveront en lettre d'or l'histoire de cette entreprise Parisienne, quand ce n'est pas pour marquer au fer rouge la concurrence comme cela a été le cas, également, en 2002, quand Free récidive avec un accès illimité Internet mais via une offre (pack) dégroupée à 29,99 euros par mois, frais multiples et modem inclus (gratuitement). Le PDG d'AOL France de l'époque, Stéphane Treppoz (Sarenza, groupe Casino), se voulait confiant avec réunion au sommet tout en confiant d'un ton assuré : "Moi, ce n'est pas parce-que quelqu'un saute d'une falaise que je dois forcément le suivre". Finalement, l'avenir aura donné tort à AOL qui n'a pas su prendre au sérieux cette offre face à une demande bien réelle (avoir un accès Internet pratique, multiple et à moindre frais) encore existante.

 

(Source : Iliad.fr)

 

Après ce premier - gros - pavé dans la mare, Free veut conquérir un autre marché : celui du mobile, ce qui s'avère amplement plus difficile, sans compter les railleries des concurrents tels qu'Orange, Bouygues Telecom ou encore SFR dont l'ancienneté et l'expérience du secteur donne à Free, un handicap premier, d'office. Si la branche Free Mobile a été conçue le 24 Juillet 2007 ce n'est "que" deux ans après, en Décembre 2009 (on aurait pu dire quasiment trois ans !), qu'elle obtient la fameuse licence 3G avant d'officialiser, le 10 Janvier 2012, son offre à 19,99 euros par mois en illimité voire 2 euros mensuels sans engagement pour les petits budgets, avec, le couperet de fin pour la concurrence : pour les abonnés Free, le forfait mobile passait respectivement à 15,99 euros par mois voire 0 euros mensuels !... Autant dire que bon nombre d'abonnés Orange ou BT (qui n'était pas très compétitifs puisqu'ils profitaient largement de leur position dominante pour faire fluctuer les prix ce qui avait valu bon nombre de débats sur les "dépassements" où Free pointait le doigt là où cela faisait mal : la marge bénéficiaire de ses concurrents qui ne proposaient pas suffisamment d'offres similaires à Free avec zéro dépassement. Avant tout cela, il fallait un peu choisir où s'envoyer un petit sms pour faire attention à sa consommation téléphonique et sa consommation en sms...).

 

Entre-temps - 2010 - Free a su innové, notamment, avec des box aussi esthétiques que fonctionnelles, pour ne pas citer la Révolution ou encore, dernière en date, la Freebox Delta, présentée en Décembre 2018 et qui embarque tout un tas de services en ligne, connecté avec quelques couacs, comme le bouton mécanique permettant d'activer ou non Alexa (Amazon) ou une récente mise à jour de firmware qui devrait vraisemblablement corriger un bug d'écran noir via le player estampillé 1.0.4.

Entre-temps, également, Rodolphe a disparu et les forfaits attractifs aussi (la Delta intègre Netflix plus, suivant l'offre, un player signé Devialet payable 10 euros par mois et hors les frais de migrations et autres qui sont partiellement pris en charge par l'utilisateur, du moins lors du lancement). Le cours de l'action du groupe d'Iliad est estimée à 91,30 euros, lors de la clôture de la Bourse, hier (91,26 euros, au plus bas)... A suivre !