IFA 2018 : entre démesure technologique, 8K et assistanat connecté (être humain optionnel) !

Objet connecté : traduire, rouler, amuser, endormir... Il sait tout faire !

Classiques indétrônables, les objets connectés sont de plus en plus ancrés dans les mœurs et les fabricants n'hésitent pas à forcer le pas au consommateur pour le séduire, des rollers au robot exosquelette en passant par la cuisine connectée ou le chien de compagnie.

 

XxX L'assistanat culinaire : des plans de travail en forme de liseuse XxX

 

Chaque année et dans les salons du genre - dont l'IFA - le royaume de la cuisine est chamboulé, restructuré pour imaginer une cuisine de demain plus confortable, agréable (et, pensons-le, avec des étagères et des tiroirs). Quand celle d'aujourd'hui optimise la place et le rangement, celle du futur optimise les points-lecture ou les types de cuisson. Comme à l'accoutumé, technologie en devenir, elle n'est, par contre, par pour aujourd'hui.

 

Groupe BSH (Bosch - Siemens - Haugeräte)

 

L'entreprise imagine actuellement une maison connectée :

 

  • D'une part, depuis une application - smartphone - dédiée ("Home Connect") qui permettrait de contrôler tout les accessoires / appareils ménagers de la pièce comme le lave-vaisselle, le réfrigérateur (constantes, stock...) ou encore une machine à café. Depuis la plate-forme Kitchen Stories, qui délivre de nombreuses recettes et fonctionnalités connectées (plateforme acquise en 2017) et qui a fait son apparition première à l'édition 2018 du salon, le but étant de relier cette plateforme, côté fonctionnement et logistique, à l'application "Home Connect" ;

 

  • D'autre part, via "PAI" ("Project and Interact"), dont le principe réside dans la projection d'une image (comme un tableau de bord, de commande avec boutons gérant l'ensemble de la pièce grâce à un capteur 3D) sur une surface plane ce qui permettrait de boucler la boucle avec l'application dédiée décrite ci-dessus. Ainsi, pendant que l'on détaille un aliment, on pourra, sans salir un terminal ou objet du genre (bonjour les bactéries !), poursuivre l'action pensé dans un premier temps dans sa tête... Une des premières étapes rêvée quand on a les mains prises mais que l'on doit arrêter le four, par exemple : appuyer sur un bouton rétro-projetée relié à une application connectée s'avère sympathique !

 

Panasonic

 

Le fabricant Japonais était aussi au rayon cuisine au sein de ce salon Allemand ; voici ses dernières innovations principales en la matière :

 

  • "Croustina" (SD-ZP2000 - SD-ZF2010) : derrière ce nom - croustillant - réside tout "bêtement" une MAP (ou machine à pain, pour les non-intimes) déclinée en deux modèles et qui égalerait une cuisson au four traditionnel là où, il est vrai, certaines MAPs ne font que chauffer dans la cuve et point. Ici, plusieurs modes sont proposés (18 : de la pâte à gâteaux jusqu'au pain sans gluten) et la cuve est nervurée pour "obtenir des résultats constants créant ainsi des croûtes croustillantes et une mie moelleuse et aérée" (d'où son nom). Elle est bardée, de plus, de 2 capteurs de température histoire d'éviter les ratés pour les pâtes un peu complexe, sans doute. La perfection a un prix : comptez 299 euros pour une disponibilité d'ici l'Automne prochain, en deux coloris (blanc et noir) avec les accessoires classiques fournis (le verre-doseur et la cuillère-doseuse) ;

 

  • Peut-être un poil plus palpitant que la MAP, la cuisine-même est réinventée chez Panasonic, notamment via le "cooking partner" un assistant connecté qui sera censé vous aider à faire les plats ou préparer des mets recherchés. Pour le reste, c'est le jeu du cache-cache chez le fabricant qui veut tout cacher dans la cuisine pour avoir un visuel beau, sans salissures... Que l'on peut faire ré-apparaître via un petit "toc-toc" sur le plan de travail, par exemple ce qui est assez astucieux. Enfin, une démonstration a été faite avec un petit robot-réfrigérateur (un de ceux présentés à l'IFA 2017 : le réfrigérateur-robot et le réfrigérateur-saké, tout deux pouvant se déplacer) sur lequel on pouvait mettre des plats (avec une vitesse très douce : autant dire qu'il ne faudra pas être pressé pour être servie par ce petit esclave moderne...).

 

Industrial Technology Research Institute (ITRI)

 

L'institut Taïwanais créée en 1973 a présenté quelques innovations intéressantes dont un détecteur-analyseur de pesticides pour l'eau du robinet. Principalement destiné pour un usage quotidien, ce petit appareil permettra de savoir si oui ou non (et à quelle hauteur) l'eau qui sert à laver les fruits et légumes contient des pesticides. La technologie est incorporé à un petit appareil nommé "Halo", en co-partenariat avec Asensetek.

 

XxX R-PUR : respirer en ville XxX

 

Après l'eau, l'état de l'air en inspire plus d'un, notamment en milieu citadin où il n'est pas toujours chose aisé de respirer (sans compter le pollen au printemps / été !). Une problématique qu'a tenté de solutionner la start-up Française du même nom.

Le masque est composé de plusieurs couches filtrantes (un peu comme pour les carafes d'eau filtrantes avec du carbone, par exemple) et s'accompagne d'une application retraçant les trajets parcourus, pour mieux croiser les données avec les taux de pollutions des villes plus une alerte pour signaler une date de changement du filtre du masque R-PUR.

 

Ce dernier s'enfile facilement et aisément, c'est-à-dire, sans avoir de gêne (pensons au casque de moto intégral) et il est entièrement fabriqué et désigné en France. L'ensemble est certifié EN149, contre les particules et aérosols solides et absorbe fine et nanoparticules.

L'ancien modèle est actuellement disponible sur le shop officiel du fabricant à 149 euros tandis que la "nouvelle génération" fait l'objet d'une campagne participative sur IndieGogo.com (validée depuis 2017 à hauteur de 216 760 euros, soit 343 % de l'objectif initial, atteints) pour un pack de départ (un masque complet avec filtre) fixé à 129 euros (promotion : au lieu de 149 euros). Livraison estimée : Octobre prochain.

 

 

XxX Segway ou le roller moderne XxX

 

Si la trottinette vous lasse et que vos rollers commencent sérieusement à faire trop rétro' (?), fort heureusement, Segway viendra à votre rescousse avec ce modèle d'e-skates. Baptisés Drift W1, cette paires de roller des temps modernes requerra une bonne dose d'équilibre et de savoir-faire dans l'art de rouler sans, tout simplement, se fracturer un poignet et / ou la cheville ; Maladroits, s'abstenir !

Caractéristiques techniques principales :

 

  • Vitesse de pointe : 12 km / heure,
  • Autonomie : 45 minutes maximum (chargés en 3 heures),
  • Protection-avant en façade de chaque roller en caoutchouc (amortissement chocs),
  • Système de lumière (comme les baskets pour enfants) : 3 modes,
  • Dénivelé : 10 degrés,
  • Age minimum conseillé : 6 ans,
  • Connectivité : aucune !
  • Poids maximal : 100 kg,
  • Poids total : 7 kg, soit 3,5 kg par roller (ce qui fera déjà la musculation),
  • Mensurations : 291 mm x 162 mm x 121 mm (par e-skate).

 

Comptez 99 euros TTC pour une pré-commande possible dès à présent. Livraison prévue pour Octobre prochain.

 

XxX Pocketalk : le traducteur de poche connecté XxX

 

En vacances ou simplement parce qu'une situation impromptue se présente, ce petit boîtier remplira sûrement de joie ceux et celles n'excellant pas en linguistique.

Pocketalk traduit 74 langues dont le Français ("classique" et Canadien, tabernacle !) et se veut "meilleur qu'une application-smartphone". Certes, pourquoi s’embarrasser avec l'achat d'un boîtier à l'heure où le smartphone fait quasiment tout. Pour l'heure l'appareil adaptatif (e-learning : il apprend au fur et à mesure des mots traduits, ici) fera l'objet d'une vente commercial prochaine en Octobre - le 10 - dans les b8ta store (San Francisco, Palo Alto, Chicago et News York).

Côté prix : comptez entre 249 dollars voire 299 dollars, selon que vous choisissez l'option "data" (données stockées pendant 2 ans, à compter de l'activation) ou non, pour un fonctionnement optimal du boîtier qui ne marche qu'en Wi-Fi ou hotspot, avec une "garantie satisfaction" de seulement 30 jours.

 

XxX Robots connectés XxX

 

LG et Sony ont remis en avant l'argument "robot" en notant que LG persiste et signe malgré son petit couac lors du CES 2018 avec CLOi, à l'époque, sur scène en plein direct : en effet, le Coréen faisait une démonstration vocale des capacités robotique de CLOi qui est resté muette à certaines questions... Un malaise vite oublié avec la présentation d'un squelette robotique pour aider l'être humain dans ses gestes quotidien en permettant de porter des charges lourdes, par exemple. Quand à Sony, celui attaque à nouveau le consommateur à coup d'adoration canine via son chien-robot Aibo (évoqué aussi au CES  2018 et fabriqué, initialement, en 1999).

LG : CLOi SuitBot, le premier exosquelette de votre vie

 

L'exosquelette, en partenariat avec SG Robotics qui a largement étudié le sujet voire testé, sur des personnes handicapés notamment. Pour le reste, il faudra imaginer puisqu'LG n'a pas encore officiellement communiqué sur le sujet. Robotisation oblige, on peut aisément prévoir une utilisation intensive pour soulager des opérations de manutentions (usine, industrie...).

En aparté, le fabricant prévoit aussi tout une panoplie de robot de la gamme CLOi dédié à l'humain comme le "porterBot" ou le "serverBot" ce qui laisse présager, ici encore, de beaux jours à l'esclavage moderne.

 

Sony : le retour du Aibo "so cute"

 

Élève rectiligne, rien n'échappe au fabricant Japonais qui a décidé de donner un petit coup de jeune à son chien-robot de compagnie, initialement fabriqué en 1999. Comme indiqué dans son communiqué, le chiot connecté fera partie d'un package prochain (d'abord aux États-Unis), comprenant Aibo 1, l'accès au "AI Cloud Plan" pendant trois ans, des accessoires dédiés à Aibo (comme un os) et des chaînettes. Ce package sera commercialisé en édition limitée sous l'appellation "First Litter Édition" au prix de 2 899 dollars pour une livraison prévue courant des "vacances" prochaines, pour une option d'achat disponible courant Septembre 2018.

 

Pour le reste, côté fonctionnalité, il s'agit probablement des mêmes évoquées au CES 2018.

 

 

XxX Le robot-oreiller de Somnox XxX

 

Loin d'être une chimère, le concept existe bel et bien : le Sleep-Robot, de son nom officiel, tentera de vous aider à dormir en interagissant en douceur :

  • Via une position "câlin" : en effet, l'oreiller est spécialement conçu pour être serré à la manière d'une peluche ce qui constitue déjà, selon Somnox, le fabricant, un réel atout technique ;
  • Via la respiration : l'oreiller synchronisera ses mouvements à votre respiration depuis son mode de relaxation ;
  • Ou encore, via certaines sons intégrés à l'appareil ou intégrables comme des livres-audios, de la musique (bien évidemment une musique douce).

Côté technique, le Sleep-Robot pèse 1,9 kg (presque un gros bébé !) et intègre une batterie de 3 500 mAh (10 heures d'autonomie en mode "respiration"). Il se connecte en Bluetooth LE (v4.0) et est compatible iOS (v10 et supérieure) et Android (v4.3 et supérieure). Le stockage se fait depuis une carte microSD de 16 Go.

Là où cela se gâte, c'est le prix : comptez 549 euros ; pré-commande disponible dès aujourd'hui pour une livraison courant Novembre 2018.

 

Sources :