Chargeur mobile universel : le sujet brûlant relancé par l'Union Européenne auprès des fabricants !

Épineuse question pour les uns, éventuel manque à gagner latent pour les autres, le sujet relatif à la mise en place sur le marché Européen d'un chargeur universel pour les téléphones mobiles est relancé, par l'entremise de Margrethe Vestager, actuelle Commissaire Européenne à la Concurrence au sein de l'UE, à Bruxelles.

 

 

En effet, celle que l'on surnomme, entre-autres, la Dame de Fer, a nettement fait savoir son mécontentement sur l'avancé de ce dossier houleux ou, plutôt, le manque d'avancé, depuis 2009, date où certains acteurs technologiques s'étaient alors engagés, à travers le MoU ("Memorandum of Understanding") - jusqu'en 2012 : au-delà des lettres "d'intentions volontaires" avaient été signées mais, là aussi, sans grande volonté en terme d'actions tangibles - a établir un tel dispositif. "Au vu des progrès insatisfaisants de cette démarche volontaire, la Commission lancera bientôt une étude d’impact pour évaluer les avantages et les inconvénients des différentes possibilités", a ainsi récemment déclaré Margrethe Vestager, début Août dernier, qui va donc gentiment forcer le pas en commandant une étude poussée sur le sujet.

Il faut dire que la grogne, qui en plus de ne pas dater d'hier, s'appuie sur des chiffres assez accablants pour les fabricants et revendeurs d'accessoires et / ou de smartphones : chaque année, l'UE traiterait pas moins de 51 000 tonnes de déchets électroniques... Une problématique environnementale déjà évoquée par Google à travers son projet Ara (Phonebloks) qui mettait en avant un smartphone plus écologique avec des pièces modulaires qui se change au besoin. Un projet abandonné depuis (puisque très certainement peu rentable, côté Google, paradoxalement, avec un utilisateur qui ne viendrait plus aussi souvent acheter un smartphone à trois chiffres) mais qui tenait une belle promesse à ce niveau. L'Europe reprend cet argumentation en tentant de raisonner les différents acteur technologiques tels qu'Apple, Samsung ou, entre-autres, Huawei. A l'époque, ils étaient 14 à acter le principe. Gageons qu'avec cette remise en lumière, le débat amènera d'autres entreprises et, pourquoi pas, enfin, une action concrète avec la volonté qui va avec... A suivre !

 

Source : Reuters - 6 Août 2018 - Chargeur universel en UE : sujet relancé.