Neutralité du net : le « sujet tabou » qui serait un « vrai problème économique » selon SFR (tête au carré rouge) !

Alors que la neutralité du net (ou du réseau) continue encore et toujours de faire débat, comme l’a encore prouvé, récemment, la réforme Européenne relative aux droits d’auteur qui sera à nouveau examinée d’ici la rentrée prochaine, la libre-circulation de l’information ou du média sur le Web n’en finit décidément plus de faire des grincheux qui souhaiteraient libéraliser ce système pour mieux faire fructifier les affaires. C’est du côté de SFR, cette fois, que l’on bougonne, pointant du doigt un « vrai problème économique« …

 

 

C’est à l’occasion d’un événement économique à Aix-En-Provence le 7 Juillet dernier, que le PDG d’SFR s’est exprimé vivement sur le sujet : « tout le monde doit avoir accès à Internet, mais c’est quand même un vrai problème. Un vrai problème économique et de démocratie […] À certaines heures de la journée, Netflix et Google représentent 80 % des flux qui circulent sur notre réseau. Est-il normal que les conditions d’accès au réseau soient les mêmes pour des acteurs qui pèsent aussi lourd que pour d’autres plus petits ? On peut se poser la question« , explique Alain Weill.

 

Alain Weill,
actuel PDG du groupe SFR.

Des propos emprunt, légitimement, d’une pointe de jalousie face à, en effet, des concurrents « poids lourds » comme Google et Netflix qui rafle la mise en terme d’audience, de popularité et, donc, de chiffre d’affaire. Si l’argument égalitaire au niveau des accès prioritaires par tranches horaires – qui, certes, ne sont actuellement pas régulées pour l’heure en France ou en Europe dans ce domaine spécifique – peut faire pâlir la concurrence qui se voit forcément, du point de vue rentabilité, pénalisée, il reste que le cheminement d’une telle pensée à ces limites là où commence celle de l’utilisateur et de son libre-accès à l’information.

 

« Avec la neutralité du Net : Oh mon Dieu, les fesses de Kim Kardashian…
… Et sans : Oh… Les… De Kim… Kardashian » (Source : Joe Heller – Green bay press-gazette).

Le cas récent de Wikipédia a montré combien il paraissait important de préserver le bien communautaire. Aux législateurs, alors, de penser au bien de l’entreprise tout en excluant un quelconque impact sur cette neutralité du net et donc, sur l’accès libre à l’information pour l’utilisateur lambda. Ici sera, sans doute, le débat… A suivre !

 

Source : Youtube – 7 Juillet 2018 – REAIX 2018 : Démocratie Numérique.