Windows 10 : les principales nouveautés de l'April 2018 Update (ex-Spring, Next, May Update) !

Organisation et optimisation de l'environnement

 

  • Timeline : aux allures de bureaux virtuels dont on retrouve bon nombre de déclinaisons sous Linux - puisque fonction déjà existante sous l'OS libre depuis fort longtemps - cette fonctionnalité exploite donc un environnement-bureau classique - donc rien de bien nouveau dans le monde informatique - mais ajoute un petit bonus pour l'utilisateur désireux d'organiser son contenu ou, du moins, de se repérer : une chronologie (nom Francisé) retraçant l'historique Web et local de l'utilisateur ce qui s'avère très appréciable. Et, pour les plus pointilleux, l'ensemble s'affiche de différentes façons (empilement, cascade, ancrage...) voire se répéter dans d'autres bureaux que l'on peut créer (par thématique, par exemple) à l'image de certaines extensions Web qui permettent d'agencer ses pages Web en miniatures... Bref, sympathique !
  • Intégration de Windows Defender au sein de OneDrive permettant d'éviter les virus ou les ransomware qui auraient transité jusque-là. Si malheureusement cela était le cas, Microsoft a prévu la chose via un outil de restauration - "files restore" - qui permettra de remonter le temps et de prendre la dernière version saine du ou des fichiers ainsi infectés et ce jusqu'à 30 jours maximum, dans le passé (en historique). Cette fonctionnalité sera déployée, cependant, "dans les prochaines semaines" et dès à présent pour ceux et celles intégrant le programme Insiders ;

 

  • Assistant de concentration : l'organisation perdure à travers un système d'activation ou non de certaines priorités en vue de réduire les notifications bien souvent trop envahissantes. A la manière d'Android qui propose l'option en permettant de gérer ce type de flots sous smartphone, Microsoft propose la même chose en allant un peu plus loin que la version Nougat de l'OS mobile de Google (dont la version "P" élargira, elle aussi, les perspectives) que les trois règles principales ("désactivé", "priorité uniquement" ou "alarmes uniquement"), avec l'ajout d'une section "règles automatiques" pour paramétrer les moments où l'on ne veut pas être dérangé (avec une plage horaire définissable) et, comme sur Twitter, un petit résumé des notifications manqués (désactivable) ce qui est assez bien vu ;

 

  • eSIM : depuis Windows 10, l'utilisateur peut utiliser une connexion intégrée dans la puce pour l'exploiter sur le système ce qui sera plus que pratique dans certaines situations ou certains endroits où la connectivité est absente ; ingénieux et très simple mais il fallait concrétiser l'idée !

 

  • "Near Share" : depuis "système, section "expériences partagées", l'option permettra, une fois activée, de décider des modalités de ce partage qui se fait via le Bluetooth. L'utilisateur peut, ainsi, partager son contenu avec lui seul (ses terminaux associés à son compte) ou l'ensemble des terminaux à proximité et l'endroit où il enregistre les fichiers réceptionnés ;

 

 

  • La suite bureautique du géant Californien s’accommode de quelques fonctionnalités nouvelles - mais là aussi, il faudra compter en "mois" (Juin 2018 ou dès à présent pour les Insiders éprouvant Office en "fast") pour en voir la teneur... gloups ! - comme de nouveaux modèles d'encres et de feutres permettant de faire des insertions-textes (tout comme sous Edge depuis les premières versions publiées, dans une page Web), des dessins (PowerPoint) ou encore des équations sur le sens de l'univers via l’assistant OneNote Math... Un vrai cahier virtuel qui enfoncera encore plus l'écriture manuscrite aux oubliettes tout en conférant, il est vrai, un charme et une utilité certain(e) à cette fonction avec l'option ultime qui donnera le glas au cahier de texte et papier à dessin : la connexion à Office 365 peut se faire depuis un compte Microsoft avec, au préalable, une option, dans les paramètres du compte en question, cochée et accordant à Microsoft l'autorisation d'identifier l'utilisateur automatiquement pour chaque application.