Freebox V7 : un « positionnement haut de gamme » pour 2 modèles attendus d’ici la rentrée 2018 !

Après Google, c’est au tour d’Iliad, maison-mère de Free de surfer sur la vague des changements tarifaires – tout en se faisant une bonne marge bénéficiaire – puisque la prochaine Freebox nommée désir serait déclinée via deux modèles de box avec, au moins pour l’une, un ordre de prix alignée sur le haut de gamme.

 

 

Si les tendances actuelles affichent un prix-plafond de l’ordre d’environ 40 euros mensuels (37 euros par mois pour l’offre « premium » d’SFR, 22,99 euros par mois pour BT et « dès 22,99 euros » par mois voire 36,99 euros mensuels pour l’offre « Jet Fibre » d’Orange dont le site « est momentanément indisponible« …), le trublion du net compte bien encore trancher net en affichant un produit ainsi plus cher – que l’actuel Freebox Révolution à 39,99 euros mensuels voire 29,99 euros par mois pour la « mini 4K » – mais probablement avec plus de fonctionnalités comme de la domotique, des options vocales et une expérience-audio qui serait basé via le partenariat (rumeur) avec le fabricant Français par excellence dans le domaine, alias Devialet !… Bref, autant dire que le prix dépassera allègrement, si rumeur(s) fondée(s), les 40 euros mensuels pour cette Freebox V7 dont Xavier Niel avait fait quelques confidences à ZdNet.fr, en Avril 2018 : « On travaille sur les derniers détails pour améliorer le produit. Une nouvelle box doit apporter un nouvel usage, on ne regarde plus vraiment la télé, on veut inventer quelque chose dans la box qui vous donne envie de l’utiliser en allant au-delà de la télé. Si on invente pas un usage, ça sert à rien. Pour la prochaine Freebox, il faut que l’on crée un effet waouh en popularisant des usages et en inventant une nouvelle façon de consommer« … Un effet « waouh » qui ne tombera qu’on ne peut mieux et ce n’est pas les résultats du premier trimestre 2018 d’Iliad qui diront le contraire puisque la part d’abonnés fixe (exprimée en chiffre d’affaire – IFRS 15) a été amputée de quelques 19 000 abonnés (FTTH inclus), même si la part mobile d’Iliad se porte très bien (+130 000 nouveaux abonnés, depuis Décembre 2017).

 

 

En aparté, Canal+ déploie à partir d’aujourd’hui un nouveau décodeur de substitution qui viendra, donc, en remplacement de l’actuel boîtier proposé par le groupe. Il ne s’agit pas de n’importe quel boîtier puisque l’Apple TV 4K occupera les foyers abonnés à la chaîne cryptée via les offres OTT (sans abonnement par opérateur). Fini donc le décodeur massif que l’on posait sur un tabouret dédié avec la « clé blanche » à insérer que l’on frottait « pour voir si ça marche » (ce modèle à été remplacé par le cube et l’actuel décodeur plus « slim » de Canal+)… Il sera indéniablement plus performant et plus discret que les boîtiers ancienne génération et sera fournie avec sa télécommande contre les 6 euros mensuels de location.

Pour Free, il s’agira, alors, d’innover en proportions avec une offre aussi éclatante que celle présentée par le groupe Canal+ ou, du moins, qui redonnera un peu d’éclat à ses chiffres : selon Boursier.com, l’action Iliad a perdu près de 33,32 % de sa valeur, depuis le 1er Janvier 2018. Sa cotation, au 16 Mai dernier, incarnait une variation de l’ordre de +0.86 (134,35 euros l’action) ce qui lui permet, après les récentes annonces, d’inverser très doucement la vapeur. Reste à voir ce que recèle la ou les V7 en termes d’innovation et de nouveautés pour faire totalement basculer la tendance descendante d’Iliad en bourse… A suivre !

 

Source : Iliad – 15 Mai 2018 – Résultats premier trimestre 2018.