Facebook s’attaque aux abus de données via le programme de récompense Data Abuse Bounty (le bon développeur, le mauvais développeur) !

Après les tumultes de l’affaire Cambridge Analytica (cf. notre >actualité initiale du 22 Mars mise à jour le 5 Avril dernier<), Facebook continue sa stratégie de la transparence, quitte à faire la chasse aux sorcières aux mauvais développeurs ou entreprises (embauchant des mauvais développeurs) qui concevraient des applications tierces non conformes avec la réglementation actuelle ou à venir à partir de Mai prochain relative au douloureux sujet de la data.

 

 

« Nous examinerons tous les rapports légitimes et répondrons le plus rapidement possible lorsque nous identifierons une menace crédible […]. Si nous confirmons l’abus de données, nous fermerons l’application incriminée et intenterons une action en justice contre l’entreprise qui vend ou achète les données, si nécessaire. Nous paierons la personne qui a signalé le problème, et nous alerterons ceux que nous croyons être affectés » est-il expliqué dans le billet du 10 Avril dernier qui en profite pour rajouter le calendrier des actions du réseau numéro un mondial depuis fin Mars pour rassurer les esprits les plus troublés face aux récents événements où quelques 87 millions de personnes auraient vus leurs données personnelles usitées à des fins analytiques dans le cadre des dernières campagnes Présidentielles Américaines.

 

– « Mark Zuckerberg promet de rétablir la confiance et de protéger notre vie privée… »
– « Facebook est encore en train de répandre de fausses info’ ?! »
(Source : jimmyMargulies.com, pour Cagle.com).

 

Comme tout programme de ce type cela permettra sans doute à Facebook, si le succès est au rendez-vous, d’être plus attentif avec quelques millions ou milliards d’yeux en plus pour veiller au respect des données-utilisateurs et de leur gestion par certaines entreprises certes, pas toujours regardante sur le trafic ou la monétisation du facteur data.

Pour l’heure, le fonctionnement reste simple : depuis un formulaire, tout utilisateur pourra signaler l’abus éventuel de données d’une application tierce qui sera transmis pour analyse (pouvant durer « de trois à six mois, voire plus », gloups… autant dire qu’il ne faudra pas être pressé pour toucher, au minimum, si l’abus est avéré, 500 dollars). Une fois la requête reçue, analysée et validée en tant qu’abus – donc très long – le premier à avoir signalé l’abus reçoit la récompense.

Reste que si l’information est toujours bonne à lire, le malaise sera dur à gommer du moins pendant un temps, malgré les généreuses promesses financières pour ceux et celles qui rapporterait un abus de données valide (sans montant maximal !…) dont une section dédiée francophone est disponible, pour plus d’informations… A suivre !

 

Source : Facebook – Communiqué du 10 Avril 2018 – Programme de récompense pécuniaire « data abuse Bounty ».