"Y a t-il une raison pour refuser aux personnes un accès gratuit ?" : Mark Zuckerberg réagit face au blocage de Free Basics en Inde (Facedog Millionnaire) !

Face à l'adversité, Mark Zuckerberg ne s'est pas laissé démonter, ou plutôt, n'a pas laissé démonter son projet ambitieux de conquérir la "Flanète" avec son Internet gratuit pour tous / toutes, via Free Basics, puisqu'après la demande de blocage du service par la TRAI (l'autorité des télécoms Indienne) auprès de l'opérateur local, partenaire du projet (Reliance communications), le fondateur et PDG de Facebook revient à la charge en expliquant les bienfaits de Free Basics, là où d'autres y voient une atteinte à la neutralité du net.

 

Free Basics by Facebook_Mark Zuckerberg

 

Pour la petite histoire, Free Basics est né des suites de l'initiative lancée, en Août 2013 par un groupe d'acteurs du net et de fabricants dont Facebook fait partie. Le projet - baptisé à ses débuts Internet.org puis "Free Basics by Facebook" en Mai dernier - vise à déployer le plus largement possible un accès totalement gratuit à l'Internet, dans le monde entier, pour tout le monde via des fonctions / applications regroupant les besoins ou connaissances essentielles, principalement pour les pays émergents.

 

Free basics by facebook_applications

Si, sur le papier, ce principe premier est tout à fait louable, certains détracteurs ne voient qu'une autre manière détournée pour le réseau social de pénétrer un autre marché et non des moindres puisque l'Inde possède une des populations démographiques les plus importante de la planète... Voire peut-être autant en terme d'internautes dans les années futures, pour peut qu'un Indien soit détenteur d'un terminal ayant un accès à l'Internet local.

"Nous n’avons pas de problème avec l’Internet libre à partir du moment où il est ouvert pour tous. ’Free Basics’ n’est qu’un moyen de verrouiller les utilisateurs vers l’écosystème de Facebook. Il n’y a pas Google, ni Youtube. […] Il n’est pas possible que les riches aient accès à l’intégralité du net quand les pauvres ne peuvent avoir accès qu’à Facebook", dénonce Mahesh Murthy, dirigeant d'une startup Indienne, selon Bloomberg.

 

Facebook_monde entier

Lundi dernier, face à cette polémique persistante de manque de neutralité du net autour de Free Basics, Mark Zuckerberg contre-attaque : "Les détracteurs de Free Basics doivent garder à l'esprit que tout ce que nous faisons est de servir les gens [...] Si les gens perdent l'accès aux services de Free Basics, ils perdront tout simplement l'accès aux opportunités offertes par l'Internet d'aujourd'hui [...] Y a t-il une raison pour refuser aux personnes un accès gratuit à des services vitaux comme la communication, l'éducation, la santé, l'emploi et les droits des femmes ?", explique ainsi le fondateur de Facebook dans une longue tribune dans le journal local, sur le blog de Times of India.

Certes, dans ce genre de projet, il y a toujours un "double" bénéfice : le premier à retenir et le plus vertueux, c'est celui qui permettra à des pays comme l'Inde (le projet a déjà rallié plus d'une trentaine de pays depuis sa création !) d'accèder au Web à un coût zéro pour ceux et celles qui n'en ont pas les moyens. ; Le second est motivé par l'argent puisque Facebook est avant tout une entreprise à but lucrative et qu'en se plaçant en Inde avec un projet aussi étendue en terme d'internautes "capables", elle pourra s'en servir à des fins de tests pour d'autres de ses produits futurs (?) ou encore pour mieux observer les mœurs de navigation ou d’appréciation d'un contenu donné des utilisateurs... Bref, un marché prometteur qui n'a, également, pas échappé à Google qui envisage aussi l'Inde comme un laboratoire vivant... A suivre !

 

Source : Gridam.com