Orange, groupe Canal+, Free : le contrat de TF1 basé sur le nombre d’abonnés qui fâche (d’aventures en coupures) !

Véritable nerf de la guerre de la tour argentée, la puissance monétaire du groupe TF1 permet à ce dernier de jouer de sa position de force en faisant fléchir docilement les acteurs télévisuels et opérateurs mobiles / FAI autour de la table ; bon gré, mal gré…

 

 

Tout remonte à fin Janvier, le 31, alors que la date butoir des contrats de distribution était atteinte : en clair, depuis cette date et n’ayant pu trouver un terrain d’entente avec le groupe TF1, l’opérateur Orange devrait cesser « la vente des chaînes TF1, TMC, TFX (ex NT1), TF1 Séries Films (ex HD1) et LCI à ses abonnés« , exprime de manière péremptoire le groupe Parisien dans un communiqué du 1er Février dernier : « Je regrette cette situation qui prive les abonnés d’Orange du replay de TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI. Notre objectif reste de trouver un accord équilibré et équitable pour offrir aux téléspectateurs abonnés d’Orange une expérience à forte valeur ajoutée autour de nos programmes. Leur satisfaction est notre priorité et nous leur rappelons que le replay des chaînes du groupe TF1 reste disponible sur MYTF1.fr, et via l’application MYTF1« , affirme l’actuel PDG de la première chaîne, Gilles Pelisson.

 

Si SFR (Altice), Bouygues Telecom (dont Bouygues détient principalement le média…) et M6 ont consenti à signer l’accord plus ou moins rapidement – aux environs de 10 millions pour SFR et BT, voire 20 millions pour M6 – au bancs des mécontents s’ajoute, en plus d’Orange, Free et le groupe Canal+ : « Le groupe TF1 profite indûment de sa puissance pour exiger des opérateurs qui diffusent ses chaines gratuites, des sommes astronomiques, à hauteur de 100 millions d’euros au total, dont plusieurs dizaines de millions pour le seul groupe Canal+ » s’indigne Maxime Saada, actuel DG de la chaîne cryptée. Quant à Free, il préfère préparer ses armes en douceur dans le cas d’un éventuel désaccord : faute d’avoir les services de rattrapages disponibles, si rupture avérée entre TF1 et Free, il suffirait de basculer en mode « traditionnel » (à l’ancienne !) via l’option « scanner la TNT » pour pouvoir continuer à visionner en clair les chaînes du groupe TF1, en installant toutefois une antenne (tuner TV). L’option est déjà disponible pour les Freebox Revolution ; les modèles Crystal, V5 et 4K (mini) auront cette mise à jour en suivant.

 

Pour l’heure, Orange continue la diffusion de l’ensemble du bouquet du groupe TF1, ce dernier ayant assigné l’opérateur en justice avec, en requête, des pénalités de retard aux titres des dommages-intérêts, en proportions des jours ou mois de diffusion de ses chaînes hors contrats, donc. Le CSA, sans doute inquiet de la tournure que le paysage audio-télévisuel pourrait prendre, a souhaité exprimer sa préoccupation et manifester sa disponibilité pour accompagner et faciliter ces discussions, en prenant en compte l’intérêt des téléspectateurs et la situation économique des opérateurs concernés, ce qui apparaît comme une bonne chose pour, au final, un utilisateur, pris une énième fois en otage au milieu de ses contrats juteux où sa tête se résumé à un prix unitaire, selon le FAI ou le groupe par le biais duquel il peut regarder la télévision. Gageons que cette guerre des prix se résorbera assez vite dans un contexte actuel où la teneur de la chaîne apparait moindre que le poids financier du groupe auquel elle appartient… A suivre !

 

Source : LeJDD.fr – 2 Février 2018 – Canal+ TF1 contrat distribution.