CES 2018 : réalité connectée et virtuelle dans la maison et dans les airs !

Les robots, nos esclaves connectés de demain ?

L’univers de la robotique a eu aussi le droit a sa petite sensation mais pas dans le bon sens ; et, on doit cette mention spéciale à LG avec son robot rebelle CLOi. Sony obtient la mention « cute » (mignonne) avec son chien-robot Aibo et Segway opte pour le robot double-usage.

 

XxX « Même les robots ont leurs mauvais jours » : le robot de LG reste muet XxX

 

Véritable saccage en direct ou simple bug technique, voilà de quoi appréhender difficilement les premiers pas de l’intelligence artificielle via CLOi, le robot du fabricant Coréen présenté à ce dernier CES.

Si les premières interrogations soumises ont été éclairées par CLOi, lorsqu’on lui demande le type de programme de lavage, le cycle, cela se corse par un silence assourdissant dans la salle ; gloups…

Mais il en fallait bien plus au Vice-Président de la compagnie, David VanderWaal, qui récidive après une transition culinaire sur le repas du soir… Mais, là aussi, aucune réponse (CLOi « ne m’aime pas de toute évidence » lance t-il ironiquement) l’obligeant à faire les manipulations de lui-même. Nul doute que LG trouvera le bug à l’origine de ce problème à moins que CLOi ne soit allergique au genre humain ou « hommain ».

 

Source : The Verge (Youtube.com)

 

XxX Sony : le bon élève docile avec Aibo (Awwwbo touch) XxX

 

 

Voilà sans doute qui réjouira les fans du genre, LG en premier n’en doutons pas puisque Sony a su conquérir les cœurs avec ce charmant et adorable chien-robot au regard redoutablement doux. Une arme de câlinerie massive avec une touche d’e-modernité… Sony frappe fort !

Sous ses quelques 2,2 kg, la petite bête recèle une foule de capteur pour mieux appréhender l’humain que nous sommes, à raison de capteurs de pressions, de touchers sensitifs (à la tête et au niveau de la gueule), de luminosité, de mouvements ainsi que des axes gyroscopiques (3) et d’accélération (3), situés sur le torse et la tête de l’animal. D’autres parties sont amovibles de la sorte : les oreilles (1 axe x 2), la tête (3 axes), la bouche (1 axe), le nez (1 axe), les côtes (1 axe), les pattes (3 axes x 4), queue (2 axes). Au final, le chien connecté dispose de 22 axes amovibles pour accroître les possibilités de grattouilles et d’interaction câlines avec Aibo.

Sa puce quad-core (64 bits) lui permet de gérer les 4 microphones, les 2 caméras et les 2 OLED (pour les yeux) ainsi que les indicateurs LED (changements de statuts / humeur et état réseau). Il intègre le LTE et le Wi-Fi (802.11 b/g/n) et possède un port de carte SIM.

Côté autonomie, comptez abusez de ce compagnon canin des temps modernes jusqu’à 2 heures maximum pour un temps de recharge d’environ 3 heures. Son ancêtre de 1999 disposait d’une autonomie maximale d’environ 1 heure et demie… Il faudra voir si Sony peut fournir mieux que 2 heures pour ce robot-chien disponible depuis le 11 Janvier dernier en coloris blanc ivoire pour 198 000 yen Japonaises (1 700 dollars USD environ, hors forfait mensuel de 25 dollars pour l’abonnement « cloud », pour les mises à jour et fonctions via le store Aibo pour lui apprendre des nouveaux « tours »). Un os peut être acheté (séparément et depuis le 11 Janvier dernier).

 

Source : Communiqué Sony – Aibo – 1 Novembre 2017.

 

XxX De Ninebot Segway Robot à Loomo (plus court mais plus de modèles) XxX

 

Il y a deux ans, l’édition 2016 du CES voyait un petit robot faisant fonction, également, de Segway, ces trottinettes haut-perchées qui permettent d’avancer en inclinant légèrement le corps vers l’avant grâce à ses deux grosses roues latérales. Ici, même principe mais de manière un peu plus miniaturisée en notant qu’à l’époque Ninebot Inc. venait de racheter fraîchement (en Avril 2015) Segway Inc. ; puis, entre-temps, le robot avait, aussi, évolué ce qui a donné « Loomo » une version conçue sous l’égide actuelle de Segway Robotics ; et au revoir le Segway : bonjour l’Hoverboard. On notera, pour l’heure, plusieurs modèles : seul la version grand publique n’est pas détaillée puisqu’il faut attendre « début 2018 » pour en savoir plus…

Pour la modique somme de 5 999 dollars (le site indique que l’on ne peut commander, au maximum, que 10 robots, ce qui restera comme limite acceptable à la vue du prix…) vous pourrez vous essayer au développement du précieux engin, sorte de kit pour développeurs. Ce « kit » (« Loomo academy« ) comprend, outre le robot la possibilité d’avoir un compte en ligne pour les tests via le portail dédié (dans la limite de 30 utilisateurs enregistrés sur un robot donné).

Le « kit » entreprise comprend la même chose (excepté la limite-utilisateurs : elle est restreinte à 10 utilisateurs par robot donné), plus la licence d’exploitation et le support technique (3 mois inclus).

Côté spécifications techniques, le petit robot pèse tout de même 19 kg et atteint une vitesse maximale de 18 km / h. (8 km / h. au ralenti). Il embarque une puce Intel Atom (quad-core x86-64) de 4 Go (RAM) et 64 Go (dur). Son visage-écran de 4,3 pouces (800 pixels) permet de visualiser le monde en 1080p en différé ou en instantané (mode fishEye ou streaming – Internet, à venir – intérieur, extérieur). Il possède bon nombre de capteurs (2 infrarouges pour la détection de mouvement, 1 ultrason pour l’appréciation de l’espace (mappage à venir), 3 à la tête : arrière, gauche et droite) ainsi que deux ports USB (1 x USB-C 3.0 + 1 x 2.0) et 5 microphones pour la reconnaissance vocale.

S’il peut communiquer avec un terminal Android, pour l’heure, il lui est impossible en revanche de le faire avec un terminal « fixe » (PC). La reconnaissance faciale ou physique d’un être ou animal est aussi à venir ainsi que des fonctions liées aux émojis (texte dans écran, mise à jour émojis…). Sa limite au chaud et de 50 degrés contre -10 degrés pour le froid.

 

Source : Segway Robotics – Loomo.