« La première version de Windows 10 arrive en fin de support » : Microsoft invite à migrer vers une version plus récente (5 fois max. pour la réflexion) !

Tout en douceur mais sans autre échappatoire pour les utilisateurs de Windows 10, le géant de Redmond les invite à mettre à jour l’OS multi plateforme vers la Creators Update…

 

 

« Vous pouvez choisir de reporter ce processus jusqu’à cinq fois avec la prochaine invite demandant la confirmation de vos paramètres de confidentialité. Cela ne prendra que quelques instants pour ce que nous croyons vous fournir le meilleur équilibre entre la vie privée, la sécurité et le contrôle« , indique Microsoft dans son billet du 30 Juin dernier.

 

Une manière de rappeler lentement mais sûrement pour les retardataires et / ou frileux des paramètres de confidentialité et de télémétrie de la dernière build actuelle (1507) qu’ils doivent actualiser leur version de Windows 10 originelle (build 1507 – Threshold 1), sans quoi aucune mise à jour « de qualité » ne leur sera fournie. Des notifications seront envoyés pour alerter l’utilisateur que sa version de Windows deviendra donc obsolète (toujours utilisable mais sans aucun support sécuritaire – patchs Update – disponibles) ainsi que des messages préparant à la configuration des fameuses options liées à la vie privée et à la télémétrie (cf. article >Creators Update<).

 

Tableau de bord du futur Windows Defender,
intégré dans la Fall Update à venir de Microsoft.

Bien évidemment, cette annonce vient en prévision de la prochaine mouture de l’OS, la fall Update (Redstone 2 – Build 1703) qui, comme l’indique son nom, est prévue dans le calendrier de Microsoft, d’ici l’automne 2017, « aux alentours de Septembre-Octobre« .

Interface EMET à venir,
lors de la prochaine mouture de Windows 10 (fall update).

Au programme, il serait question d’une amélioration d’EMET (l’outil de contrôle / gestion pour administrateurs) via l’intégration de Windows Defender Exploit Guard ainsi qu’un remodelage fonctionnel du centre de sécurité de Windows Defender, côté utilisateur ; ce dernier pourra visualiser, à la manière d’une page back-office type, les dernières statistiques sécuritaire voire de garder une trace via l’observatoire (SecOps – Security Operations) dédié : « si un utilisateur s’est trompé dans l’installation de logiciels malveillants dans leur navigateur, et l’infection est contenue et plus tard rejetée dans Windows Defender Application Guard sans trace, Windows Defender ATP donne encore une visibilité SecOps à l’événement pour une recherche future dans la console Windows Defender ATP. Cela leur permettra de remonter à la source principale plus rapidement et d’avoir une compréhension complète de l’ampleur de l’attaque. […] Les utilisateurs pourront mettre à jour et exécuter l’analyse de machine à l’aide de Windows Defender Antivirus, effectuer des restrictions d’application par machine et bloquer l’exécution de fichiers inconnus à l’aide de la technologie Device Guard« , explique Microsoft en notant que la vérification / mise à jour de logiciels est une fonction déjà existantes, pour ne pas citer, entre-autres, Kasperky (Internet Security)… A suivre !

 

Pour en savoir plus, les programmes officiels « Insider » (attention versions non stables, s’agissant, ici, de tester les versions en vue de versions finales stables) :

 

 

  • >Office< (v1706 / build 8229.2041, pour la version bureau au 14 Juin 2017, v15.36 / build 170703, pour la version macOS au 3 Juillet dernier, v2.3 / build 17062600 pour iOS au 27 Juin 2017, v16.0.8326.2011 pour Android au 30 Juin dernier et, concernant Windows Mobile, v17.8269 déployée le 7 Juin 2017 ; >support Office Insider : notes de versions<).

 

Source : Blog Windows – Billet du 30 Juin 2017 – Mise à jour système Windows 10.