Nintendo distille quelques informations sur sa prochaine console (dribble du pied gauche puis…) !

Alors que Nintendo s’apprête à commercialiser début Mars prochain sa prochaine console, la Nintendo Switch, l’éditeur de jeux vidéos n’en finit décidément plus de tenir en haleine les fans du genre en distillant au compte-goutte les informations techniques de cette console de salon…

 

 

 

Et, au programme, comme indiqué dans la fiche technique actualisée pour l’occasion de l’éditeur Japonais, voici ce que révèle les dernières informations :

 

  • La Switch accusera un poids de 398 grammes (Joy-Con inclus, contre 297 grammes, hors manettes) pour les dimensions suivantes : 102 mm x 239 mm x 13,9 mm ;
  • Puce Tegra « personnalisée » (?)… Côté fabricant, on promet que celle-ci sera « basée sur la même architecture des meilleures cartes graphiques de jeux GeForce au monde » ;
  • Connectivité : Bluetooth 4.1 (seulement en mode « TV », lorsque la console est sur son support d’accueil / dock), Wi-Fi (802.11 a/b/g/n/ac) ;
  • Connectique : port Ethernet (via adaptateur non inclus), 2 ports USB 2.0 (un sur le côté + un autre à l’arrière dont ce dernier pourra intégré l’USB 3.0 « lors d’une future mise à jour ») ;
  • Reste la batterie (Lithium-ion) de 4310 mAh (non amovible : dans le besoin, il faudra contacter le service clientèle de l’éditeur…). Côté autonomie, en théorie, il est annoncé « plus de 6 heures ». Nintendo reste prudent en relativisant lui-même ce chiffre, ramenant ce dernier à 3 heures, pour une charge pleine, pour son prochain jeux phare, Zelda : breath of the wild. Un temps équivalent pour recharger la batterie (3 heures environ, donc), en mode « veille ».

 

Si la Switch révèle encore de nombreuses zones d’ombres en matière de rendu image / vidéo, par exemple, d’autres n’ont pas attendu pour jeter leur dévolu sur un autre produit de Nintendo sorti en fin d’année dernière, la Classic Mini ; comme démontré par ce joueur aficionado du genre de la console-rétro qui a réussi, via Hakchi (v2.11 déployée le 7 Janvier 2017), à intégrer plus de 700 jeux en outrepassant l’espace-disque maximum (avec les 30 jeux pré-installés par défaut), en sélectionnant, depuis ce centralisateur de jeux, un jeu à la fois… Une manipulation qui n’est pas sans rappeler les « extensions » du genre d’une certaine époque, comme des « boîtiers » externes branchés sur un port et permettant, via la puce / circuit intégré, de choisir parmi une vaste bibliothèque de jeux pour n’en lancer qu’un, sans risque donc de saturer la mémoire limitée de la console en question. A noter que cette manipulation ôtera immanquablement la garantie constructeur de la console (ici, la NES Classic Mini) en cas de mauvaises manipulations ou de plantages matériels ;  A faire avec prudence et avec connaissance (de cause)…. A suivre !

 

Source : Nintendo.co.uk – Spécifications techniques Switch.