Linus Torvalds : « Linux est un système assez bien équilibré du fait qu’il n’y a aucun plan cohérent » ! (just want to have fun)

Rien de plus beau et de plus doux que le champ de la liberté, surtout dans un domaine aussi tortueux et parfois obscur que l’informatique ou plutôt son business… L’occasion de tendre l’oreille du côté du créateur du noyau Linux, Linus Torvalds, qui a récemment confié que le kernel était plus que jamais le centre de toutes les technologies même si l’OS version bureau en lui-même est encore trop peu démocratisé auprès des utilisateurs pas toujours avertis en la matière.

 

Linus Torvalds_Linux Embedded Conference 2016 San Diego

 

C’est lors de la conférence annuelle « Linux embarqué » (« Embedded Linux« ), qui s’est déroulé du 4 au 6 Avril dernier en Californie à San Diego, que le père fondateur du noyau libre s’est exprimé sur la situation actuelle de Linux, alors que ce dernier fêtera ses 25 ans d’existence, le 25 Août prochain : « Le premier (usage de Linux – ndlr) était une pompe à gas sous Linux. Ils voulaient monétiser leurs pompes à essence en montrant des publicités sur elles. Je me suis dis « Whoa ». Puis, concernant tout les autres usages de Linux, cela a été progressif et beaucoup d’entre eux sont passés inaperçus. Il y a beaucoup d’usages de Linux que je ne vois pas du tout et dont je n’ai même pas idée« , confie t-il en toute honnêteté ; En effet, actuellement, il y a toujours un peu de Linux embarqué sous une technologie pourtant à l’opposé identitaire de l’image libre du noyau comme Android, par exemple qui repose sur une base Linux, ce qui ne l’empêche, malheureusement, pas d’essuyer failles sur failles.

Bien évidemment, si l’usage du noyau-même est largement sur-exploité, via diverses applications / logiciels remaniés (puisque le noyau est « libre ») à des fins commerciales, il reste que le système (OS) Linux, lui, est moins populaire que sa matière première, en partie parce-que Linux, même si certains distributions tendent à vulgariser / simplifier la manipulation logicielle, s’adresse à des personnes initiées un minimum au langage informatique ou à sa compréhension. Mais là aussi, Linus Torvalds en retient quelque chose de largement plus positif que négatif : « Le bureau s’apparente à quelque chose de tellement mieux que ce que j’aurais pu concevoir. L’esthétique n’est pas ma priorité absolue […] J’ai commencé le projet pour mes attentes propres et mes attentes ont été de loin satisfaites. Évidemment, je voudrais faire aimer Linux au monde entier mais il se situe dans un milieu très difficile à pénétrer. J’y travaille encore. Je l’ai fais pendant 25 ans. Je peux le faire pendant 25 autres années. Je le porterais jusqu’au bout« , explique de manière plus qu’engagé Linus Torvalds qui persiste et signe en affirmant que Linux en version desktop n’est pas figé, bien au contraire.

 

Linux_Windows

D’ailleurs, concernant l’avenir Linuxien de ce projet, encore une fois, rien à déplorer, bien au contraire, tout en expliquant qu’aucun calendrier précis n’est fixé, force de Linux, selon son créateur : « Je ne fais pas de plans quinquennaux. Essayer de prévoir des projets sur cinq ans relève de la folie parce-que vous ne savez pas ce qu’il va se passer. Pour moi, c’est plutôt « je sais ce qu’il va se passer […], je vois ce qu’il va arriver la prochaine fois et puis, parfois, quand il faut prendre des décisions, les gens me demandent s’il faut choisir plutôt A que B ». J’ai, en quelque sorte, un plan sur le long terme. Je sais ce que l’avenir du hardware sera d’ici deux ans. J’ai cette sorte de ligne directrice en terme de plan mais pas beaucoup plus de détails […] Il n’y a aucun plan cohérent et ce qui fait, je penses, que Linux est un système assez bien équilibré, parce-que personne n’a dit « ceci est la direction et nous allons prendre cette direction, bonne ou mauvaise«  ».

NetMarketShare_PDM OS desktop 2015

Parts de marché des OS bureau pour l’année 2015.
(Source : NetMarketShare).

Pour l’année 2015, selon le site d’analyse NetMarketShare, Linux totaliserait 1,57 % de PDM, très loin devant les gammes d’OS Windows qui regroupent environ 91 % de PDM. « Sur le pourquoi du comment faisant que le desktop reste à conquérir pour Linux, il y a de nombreuses raisons, mais l’une des plus importantes est tout simplement l’inertie des utilisateurs de PC« , explique en demi-teinte Linus Torvalds dans son livre « Just for fun » ; Le même « amusement » qui lui a permet, presque par hasard (ou par ennui ?) de sortir de son imagination un noyau libre à partir d’un simple émulateur, de son cru également, pour mieux développer ce bout de code qui devint un grand noyaux répondant au nom de Linux, appellation aux résonances similaires à son propre prénom, Linus. Peut-être la clé d’un monde libre : la simplicité ; Gageons que pour la fondation elle s’accompagne aussi d’une popularité grandissante à une heure technologique où les utilisateurs veulent avoir le monde dans leur poche sans grands efforts pour l’obtenir… A suivre !

 

Source : Cio.com




  • Mots-clef: , ,