Erreur 451 : un nouveau standard Web pour la e-censure (e-beep) !

Qu’elle soit sonore, outrepassée dans une mare ou sur fond patriotique « Français » avec conviction, la censure reste plus que jamais au centre de l’actualité, en ces temps incertains… Une chose qu’a très bien saisi l’IETF (Internet Engineering Task Force) qui vient de se voir valider un de leur standard Web par l’IESG (Internet Engineering Steering Group), un code erreur 451 qui n’affiche pas un site Web donné pour des raisons de censure du contenu !

 

erreur 451_censure

En effet, dans son billet du 18 Décembre dernier, Mark Nottingham, responsable du groupe de travail des normes HTTP au sein de l’IETF, a officialisé le standard Web en expliquant que le numéro d’erreur – 451 – était un clin d’œil au roman de Bradbury intitulé « Fahrenheit 451« .

L’erreur a été spécialement conçu pour pallier au standard HTTP « 403 » qui indique seulement un « accès interdit » sans en expliquer davantage sur les raisons du blocage de contenus. L’erreur 451, qui indique, donc, une « page indisponible pour des raisons légales« , explique, quant à elle, clairement le motif du blocage de contenus puisque le site Web donné est tout simplement censuré par les dirigeants / hébergeurs / autorités locales, nationales… Bref, une précision dans le blocage qui a été le leitmotiv de l’équipe de Mark Nottingham, encouragé par certains acteurs du Web qui auraient voulu plus de transparence à l’égard de l’internaute lambda sur le type de blocage : « la censure est devenue plus visible et plus répandue sur le Web, et nous avons commencé à avoir des retours de sites nous indiquant qu’ils aimeraient être en mesure de faire cette distinction […] nous avons commencé à entendre des membres de la communauté qu’ils voulaient être en mesure de découvrir ces cas de censure de manière automatisée« .

 

censure liberté expression_humour

– « Je suis ici pour 2 MEURTRES. Pourquoi êtes-vous ici ? »

– « Pour 2 J’AIME sur Facebook.. ».

Cette nouvelle norme HTTP pourrait, de plus, être très utilisée par certains sites populaires sociaux qui doivent, parfois et malgré eux, répondre face à la pression législative du pays dans lequel ils sont basés – hébergés – physiquement : « Cela va devenir plus récurrent pour des sites comme Github, Twitter, Facebook ou Google qui sont obligés de censurer des contenus contre leur volonté, dans certaines juridictions« , explique Mark Nottingham, avant de confier, d’ailleurs, une des craintes principales par rapport à ce type de standar Web : « je soupçonne que certains Gouvernements appliquant la censure interdiront l’usage de l’erreur 451 afin de cacher ce qu’il font. On ne peut pas arrêter ça (bien sûr), mais si votre Gouvernement agit ainsi, cela envoie un message fort à vous en tant que citoyen au sujet de leurs intensions futures. Cela vaut la peine d’y réfléchir, je penses« … A suivre !

 

Source : Huffingtonpost.fr